[Récits de voyage] S'échapper dans le désert...

  • On commence par admirer le paysage où coule l'Hudson pour finir par aimer la désolation du Sahara. On aurait bien du mal à expliquer pourquoi et comment s'est opéré le changement. On ne peut pas toujours disséquer un goût ou une passion. On ne peut pas épingler la Nature sur un tableau et dessiner la carte de ses beautés à coup d'équerre et de compas. On ne peut guère donner que ses impressions, rien de plus. Peut-être puis-je vous faire quelque peu le récit de ce que j'ai vu au cours de ces deux années de pérégrinations ; mais je ne serai jamais capable de vous exprimer la grandeur de ces montagnes ni la splendeur des couleurs qui enrobe les sables brûlants étalés à leurs pieds.

  • Peu de livres ont autant déchaîné les passions que celui que vous tenez entre les mains. Publié pour la première fois en 1968, Désert solitaire est en effet de ces rares livres dont on peut affirmer sans exagérer qu'il «changeait les vies» comme l'écrit Doug Peacock. À la fin des années 1950, Edward Abbey travaille deux saisons comme ranger dans le parc national des Arches, en plein coeur du désert de l'Utah. Lorsqu'il y retourne, une dizaine d'années plus tard, il constate avec effroi que le progrès est aussi passé par là. Cette aventure forme la base d'un récit envoûtant, véritable chant d'amour à la sauvagerie du monde, mais aussi formidable coup de colère du légendaire auteur du Gang de la clef à molette.

  • Où découvrir des sites majestueux ? Où explorer des slot canyons ? Où approcher la flore et la faune du désert ? Où admirer les roches les plus colorées ? Où visiter des sites d'intérêt historique et culturel ? Où découvrir les sculptures de la géologie ? Comment voyager dans le Sud-Ouest américain ?

    Depuis un siècle, les cinéastes ont tourné dans ce décor naturel, parfois même des films censés se dérouler sur une autre planète. Ils ne se sont pas trompés, le Sud-Ouest américain est d'une beauté à couper le souffle. De vastes espaces, des déserts plus colorés que partout ailleurs, des canyons démesurés, des roches sculptées et teintées par une géologie patiente, méticuleuse, obstinée et inventive. Les merveilles naturelles du Sud-Ouest américain sont d'une diversité et d'une exubérance sans équivalence sur Terre. Les parcs nationaux reçoivent chaque année 300 millions de visiteurs car ils sont aussi fabuleux que le Louvre, Venise ou Saint Petersbourg.

    Mais comment savourer cette beauté tout en échappant au tourisme de masse ? Grâce à un spécialiste de la région qui dévoile ses itinéraires secrets qu'il arpente depuis plus de trente ans. Photographe, cinéaste, auteur et guide de randonnée, Christian Vérot nous donne les clés pour accéder aux merveilles cachées de son Far West, pour comprendre comment la conquête de l'Ouest a modelé l'Amérique d'aujourd'hui, comment prédateurs et défenseurs de la Nature s'y sont toujours opposés. Des bons plans, des conseils précis, afin d'aller là où les autres ne vont pas, dans les grands espaces où règnent encore le coyote, l'antilope et l'âme indienne. Randonneurs sportifs, contemplatifs et photographes, amateurs de road trip ou de visite à la journée y trouveront ce qui leur convient et des photos pour en prendre plein les yeux.

  • 14 000 kilomètres à pied à travers les déserts australiens. Tel est le premier grand défi que s'est lancé Sarah Marquis, en 2002. Un périple de dix-sept mois lors duquel elle affronte la faim, la soif, les feux de forêt, les dingos et les crocodiles ! Mais les paysages inoubliables qu'elle traverse, les kangourous qui dorment près d'elle et les moments rares en compagnie des Aborigènes valent tous les sacrifices. Sans oublier la rencontre avec D'Joe, un chien sauvage qu'elle a arraché à la mort et qui va la suivre sur 10 000 kilomètres.
    En même temps, dans ce voyage au bout d'elle-même, elle va découvrir sa « mission de vie » : « relier l'être humain à Dame Nature », lui donner envie d'explorer la Terre, de la respecter et de la protéger. Ce sera dorénavant le but de toute son existence.

    Inclus un cahier photos.

  • Un regard photographique d'une très grande force sur l'Australie aborigène d'aujourd'hui, qui montre le rapport unique, quasi fusionnel, des peuples aborigènes avec la nature.

    Il y a plus de 50 000 ans, des hommes venus d'Asie, eux-mêmes originaires d'Afrique, ont pris pied sur le continent australien. Leur installation dans ce nouveau territoire marque la naissance d'une culture ininterrompue depuis les temps préhistoriques, l'une des plus anciennes au monde :
    La culture des Aborigènes d'Australie. Elle doit sa longévité à leur capacité d'entrer en communion avec les éléments du paysage, à leur compréhension profonde de leur environnement. Cette vision d'un « tout », les peuples aborigènes n'ont cessé de l'entretenir par leurs choix de société et leurs dialogues continus avec les ancêtres à travers des vecteurs comme l'art, les cérémonies rituelles ou encore les voyages initiatiques que sont les walkabouts.
    Regard sur l'Australie aborigène d'aujourd'hui, ce livre de photographies est le fruit d'un travail d'immersion de plus de deux ans et de multiples rencontres dans le Kimberley, le désert central, la terre d'Arnhem, le golfe de Carpentarie ou le cap York. Le parti-pris de mettre en parallèle des photographies humaines en noir et blanc avec des photographies de paysages en couleur met en exergue cette relation toute particulière entre les peuples aborigènes et leur environnement.

  • Sarah Marquis s'est lancée dans un face-à-face avec la nature, sans réserves de nourriture ni traces d'humains à l'horizon. Juste des rivières infestées de crocodiles, des serpents, une végétation inextricable, la solitude, la faim, et surtout la soif. Elle a survécu grâce aux techniques ancestrales des aborigènes.
    Elle nous livre ici le récit d'une aventure inoubliable dans des décors à couper le souffle, mais aussi un voyage intérieur qui lui permet de nous faire entrevoir les ressources fabuleuses que chacun de nous possède au fond de lui. Oublier la peur pour mieux évaluer le danger, se relier à la Terre en la respectant et se fier à ses instincts... Tel est le beau message de cette femme hors du commun.
    />

  • « Nous avançons peu à peu, lentement, mais dans la bonne direction, et on peut espérer dans quelques jours atteindre notre but... Et d'abord retrouver l'endroit. Retrouver la falaise et la source où se cache la plante que nous recherchons ».

    En 1940, Théodore Monod, au cours d'une expédition dans le Sud libyen, découvrait une plante d'un genre nouveau. Le spécimen se révélera unique. Depuis, la fleur, baptisée Monodiella flexuosa, conserve ses secrets dans l'herbier national du Museum. Jusqu'au jour où, sur les traces du Petit Prince, Théodore Monod, à l'âge de 94 ans, décide de partir à sa recherche...
    Cet ouvrage est l'histoire d'une aventureuse expédition, relatée en partie grâce au journal de bord de ce grand scientifique et humaniste, alors au soir de sa vie. Les conditions particulièrement éprouvantes du périple n'ôtent rien à la détermination de ce passionné du désert, heureux de chercher à saisir jusqu'au bout une part du mystère du monde.

  • éloge du désert

    Blanche de Richemont

    • Almora
    • 16 Janvier 2020

    Blanche de Richemont parcourt le Sahara depuis des années. Face à sa beauté, sa dureté et son exigence de simplicité, elle a compris que la traversée du désert est la métaphore de nos déserts intérieurs. Elle nous fait découvrir avec poésie ce qu'elle a perçu de plus puissant dans ces terres où l'on se sent si petit mais qui nous grandissent en nous rapprochant inévitablement de nous-même.
    'auteur nous présente toute la spiritualité et la sensualité de cet océan de sable, en s'appuyant sur les grandes figures du désert tels Théodore Monod, Saint-Exupéry, Charles de Foucauld, Lawrence d'Arabie, Isabelle Eberhardt...
    Ces pages révèlent que partir dans le désert, c'est partir à la découverte du silence, de l'absolu, du dépassement, de soi. Ici, il s'agit de marcher, suivre l'étoile et toucher sa lumière.

empty