[L'Aînée - Littérature] Une sélection de romans historiques pour voyager dans le temps

  • Au coeur de la Révolution française, la manufacture de Sèvres est menacée de faillite. La jeune Adèle Masson, qui s'est fait une spécialité de la peinture d'oiseaux sur porcelaine, se laisse emporter dans le tourbillon d'idées nouvelles dont Paris est le centre. Elle fait la connaissance de Mirabeau, dont elle tombe éperdument amoureuse. Mais la fabrique continue à s'enfoncer dans la crise... Parviendra-t-elle à sauver Sèvres du naufrage ?

  • - En 1770, Marie-Antoinette devient dauphine de France. De Versailles, elle écrit régulièrement à sa soeur Marie-Caroline, reine des Deux-Siciles. Les deux soeurs se lancent un défi : " Ma porcelaine sera plus délicate que la vôtre ! " Marie-Antoinette tente alors de voler le savoir italien à sa soeur par l'intermédiaire d'un homme de la manufacture de Sèvres tandis que Charles III, le beau-père de Marie-Caroline, tente de faire interdire la production de porcelaine dans le royaume italien...

    - Historien et romancier, Jean-Paul Desprat est né en 1947. Il est l'auteur d'ouvrages sur Henri IV, Mme de Maintenon, Mirabeau, et de Bleu de Sèvres, disponible en Points.

  • Louis XV, adroitement inspiré par Mme de Pompadour devient, en 1760, l'unique actionnaire de la Manufacture de Sèvres. Afin de percer le secret de la porcelaine dure, fabriquée en Saxe, il engage deux frères chimistes. Mais les coups bas se multiplient et des espions sortent de l'ombre. Écrit avec fougue et talent, voici la passionnante aventure d'une des premières affaires d'espionnage industriel.

    Historien et romancier, Jean-Paul Desprat est né en 1947. Il est l'auteur la trilogie composée de Bleu de Sèvres, Jaune de Naples et Rouge de Paris, disponible en Points.

  • À l'aube du XVIIIe siècle, médecins et chirurgiens se livrent une guerre féroce. Suite au décès d'un de ses patients, Nicolas Déruet, chirurgien ambulant, est contraint à l'exil. De la campagne lorraine aux steppes hongroises, des palais royaux aux hôpitaux militaires, il n'aura de cesse de perfectionner sa technique pour laver son honneur. De toutes les opérations, la plus difficile sera celle qui touche à son coeur : entre Rosa, marquise de Cornelli, et Marianne Pajot, accoucheuse, le choix relève d'une tout autre science.

  • En débarquant à Constantinople le 13 mai 1506, Michel-Ange sait qu'il brave la puissance et la colère de Jules II, pape guerrier et mauvais payeur, dont il a laissé en chantier l'édification du tombeau, à Rome. Mais comment ne pas répondre à l'invitation du sultan Bajazet qui lui propose, après avoir refusé les plans de Léonard de Vinci, de concevoir un pont sur la Corne d'Or ? Ainsi commence ce roman, tout en frôlements historiques, qui s'empare d'un fait exact pour déployer les mystères de ce voyage.
    Troublant comme la rencontre de l'homme de la Renaissance avec les beautés du monde ottoman, précis et ciselé comme une pièce d'orfèvrerie, ce portrait de l'artiste au travail est aussi une fascinante réflexion sur l'acte de créer et sur le symbole d'un geste inachevé vers l'autre rive de la civilisation. Car à travers la chronique de ces quelques semaines oubliées de l'Histoire, Mathias Enard esquisse une géographie politique dont les hésitations sont toujours aussi sensibles cinq siècles plus tard.

  • An 4 avant Jésus-Christ. Le cruel tyran Hérode le Grand meurt et laisse le trône d'Israël vacant. Deux de ses fils se disputent alors la succession de celui qui était considéré comme le roi de tous les Juifs. Débute ainsi une période mouvementée où passion, violence et trahison se déchaînent ; chacun veut obtenir la faveur de l'empereur Auguste qui surveille avec vigilance cette partie sensible de son Empire.
    Dans ce contexte fragile apparaît un jeune prédicateur, Jésus de Nazareth, qui par ses sermons sur le royaume de Dieu et sa capacité de persuasion commence à remettre en cause la tutelle romaine et l'hégémonie des prêtres juifs de Jérusalem. Dès lors, nombreux sont ceux qui veulent se débarrasser de ce rebelle, qui va entraîner un bouleversement fondamental dans l'histoire du monde.

  • « La lumière est diffuse », dit Rosal de Sainte-Croix au jeune Nivard de Chassepierre. « Elle est fugace, changeante, capricieuse. Elle a toutes les ruses. Jamais tu ne seras satisfait de ton ouvrage, si beau soit-il. Jamais tu n'auras assez de couleurs dans tes casiers pour donner vie à un vitrail comme tu le souhaites, jamais tu n'auras la certitude de colorer juste comme on chante juste. Qu'importe ! Tes pas partent du feu et tu dois atteindre le feu, devenir un maître en ton art. » Nivard ne déçut pas le chevalier qui attendait de lui la plus vertigineuse escalade jamais rêvée vers la lumière. Animé par une passion presque charnelle pour le verre et ses sortilèges, il récolte d'Orient en Occident les couleurs alchimiques de nos cathédrales. Il oeuvre en Bavière, à Saint-Denis, au Mans, à Chartres...
    La quête déchirée de ce « passeur de lumière » sera alors celle d'un artisan sublime, funambule oscillant entre le ciel et l'ombre...

  • Barcelone, XIVe siècle. La cité catalane s'enorgueillit d'un nouveau fleuron gothique : Santa Maria del Mar, la cathédrale de la mer, qui s'élève, pierre à pierre, vers un ciel sans nuages.
    Du haut de ses huit ans, le jeune Arnau Estanyol contemple le chantier. À l'image de ce chef-d'oeuvre en devenir, l'ascension de ce fils de paysan exilé, parti de rien, sera fulgurante. Devenu consul et proche du roi, humaniste et philanthrope, il n'oubliera jamais que son destin est placé, depuis sa naissance, sous le signe des tragédies : l'ombre de la Sainte Inquisition plane sur ses ambitions, et la Grande Peste s'apprête à fondre sur le Nord de l'Espagne.

    « Fureur et lumière, violences et amours, trahisons et rédemptions : le roman du Moyen Âge catalan mélange avec talent tous les ingrédients des grands récits picaresques. » La Vie

  • Julien

    Gore Vidal

    • Points
    • 27 Mars 2008

    L'empereur julien l'apostat (331-363), élevé dans la religion chrétienne, mais très tôt attiré par l'hellénisme, a tenté de restaurer le paganisme, au péril de sa vie.
    Dans ces mémoires apocryphes, gore vidal nous conte le destin étonnant de cet homme hors du commun, et fait revivre toute une époque, des rives du rhin à la cour dorée de constantinople, en passant par athènes

  • En 1856, Henry Shackleford, douze ans, traîne avec insouciance sa condition de jeune esclave noir lorsque le légendaire abolitionniste John Brown débarque en ville avec sa bande de renégats. Henry se retrouve libéré malgré lui et embarqué à la suite de ce chef illuminé qui le prend pour une fille. Affublé d'une robe et d'un bonnet, le jeune garçon sera brinquebalé des forêts où campent les révoltés aux salons des philanthropes en passant par les bordels de l'Ouest, traversant quelques- unes des heures les plus marquantes du XIXe siècle américain.
    Cette épopée romanesque inventive et désopilante a été récompensée par le prestigieux National Book Award, le plus prestigieux des prix littéraires américains.

  • Cette oeuvre, qui est à la fois roman, histoire, poésie, a été saluée par la critique française et mondiale comme un événement littéraire.
    En imaginant les Mémoires d'un grand empereur romain, l'auteur a voulu «refaire du dedans ce que les archéologues du XIXe siècle ont fait du dehors». Jugeant sans complaisance sa vie d'homme et son oeuvre politique, Hadrien n'ignore pas que Rome, malgré sa grandeur, finira un jour par périr, mais son réalisme romain et son humanisme hérité des Grecs lui font sentir l'importance de penser et de servir jusqu'au bout.«... Je me sentais responsable de la beauté du monde», dit ce héros dont les problèmes sont ceux de l'homme de tous les temps : les dangers mortels qui du dedans et du dehors confrontent les civilisations, la quête d'un accord harmonieux entre le bonheur et la «discipline auguste», entre l'intelligence et la volonté.

  • Au XVIIe siècle, dans les espaces sauvages du Canada, les voix d'un jeune jésuite français, d'un chef de guerre huron et d'une captive iroquoise tissent l'écheveau d'une fresque où se confrontent les traditions et les cultures. Trois personnages réunis par les circonstances, divisés par leur appartenance. Car chacun mène sa propre guerre : l'un pour convertir les Indiens au christianisme, les autres, bien qu'ennemis, pour chasser ces « Corbeaux » venus prêcher sur leur terre.
     « Un livre à la prose superbe, dont la teneur historique n'exclut aucune des questions contemporaines que sont la place du commerce, la prégnance de la foi ou la cohabitation des cultures. » Julien Bisson, Lire.



    « Joseph Boyden est l'une des plus belles voix de la littérature d'Amérique du Nord. » Bruno Corty, Le Figaro. Prix France-Canada.

  • Alamut

    Vladimir Bartol

    « ... je partage l'humanité en deux catégories fondamentalement différentes : une poignée de gens qui savent ce qu'il en est des réalités et l'énorme majorité qui ne sait pas. » Retranché dans sa citadelle dominant la plaine, le grand maître Hassan Ibn Sabbâh mène, à la fin du XIe siècle, une guerre sainte en Iran. Il n´a que peu de soldats et seuls ses proches le connaissent intimement. Parti de presque rien, sans armée, sans terre et sans guère d´appuis à la cour, il dominera le monde. Des hommes seront prêts à mourir pour lui avec le sourire aux lèvres. Des foules entières se prosterneront sans combattre. Un millénaire plus tard, la manipulation des masses, telle qu´il la pratiqua, continue d´ébranler les empires modernes. Mélange d´aventures et de philosophie politique, Alamut n´évoque la violence des complots d´alors que pour mieux renvoyer aux problèmes cruciaux des civilisations modernes.

  • En 1721, la France et l'Espagne scellent une alliance par un échange : celui de la très jeune infante d'Espagne contre la fille du Régent Philippe d'Orléans. Les deux enfants sont destinées aux futurs rois de France et d'Espagne, qui ne sont guère plus âgés qu'elles. Forcées de quitter leur pays, leurs familles et leurs suivantes, elles rejoignent difficilement leurs cours respectives. Mais Versailles est très superficielle pour une fillette de quatre ans sans cesse courtisée et Madrid bien trop sévère pour une adolescente en rébellion contre cette cour si puritaine ...

  • - Au XIIe sicle, pendant les guerres fodales qui ravagent sa rgion natale, Leola, jeune paysanne, revt l'armure d'un guerrier tomb sur le champ de bataille pour chapper la mort et au viol. Vivant dsormais comme un homme, au coeur des combats, elle rencontre Nynve la rousse, gurisseuse et sorcire, qui va l'aider devenir une femme indpendante dans ce Moyen ge la fois rel et fantasm. - Rosa Montero est ne Madrid en 1951. Journaliste au quotidien El Pas, elle est l'auteur de plusieurs romans, dont La Fille du Cannibale (prix Primavera 1997) disponible en Points.

  • Gary Jennings Azteca Azteca raconte la légende colorée et puissante d'une civilisation qui s'épanouit pendant de longs siècles dans un isolement splendide. Ce monde éclatant, et pourtant condamné, c'est un homme, Mixtli, dit Nuage Sombre, qui le décrit, dans un récit bouleversant, mouvementé, riche de la beauté et de la violence qui caractérisaient le Mexique ancien.
    Ce grand roman historique plein de sang, d'amour et de sexe est aussi l'aventure et le destin exceptionnel d'un homme qui assiste à la disparition d'un monde fabuleux, traversé de secrets et de terreurs, et que parcourent des personnages inoubliables.

  • À coup sûr, le premier des Pibrac n'avait pas la vocation. Si le seigneur de Bellerocaille n'avait eu besoin d'un bourreau, si Pibrac n'avait eu à fuir la galère, nul doute qu'il aurait exercé un autre métier. Il est pourtant l'ancêtre de huit générations d'hommes qui ont tous adopté la devise des bourreaux : « Dieu et nous seuls pouvons ». Le pittoresque, l'acrobatique et l'érudition nourrissent un roman d'aventures aux mille tribulations macabrement hilarantes, qui traverse les siècles, de la Renaissance à la fin de la guerre 1914.

  • Au xiie siècle, à Cordoue, avant d'être torturé et pendu, un artisan juif eut le temps de révéler à son neveu comment obtenir le livre « le plus important à avoir jamais été écrit par un être humain ». Lancé dans cette quête à travers l'Europe et le Maroc, Maïmonide croise un jeune musulman, Averroès, entraîné dans la même recherche. L'un et l'autre - qui deviendront des géants de la pensée - sont poursuivis par un groupe mystérieux bien décidé à tout faire pour les empêcher d'aboutir : la Confrérie des Eveillés. La plupart des personnages de ce roman ont vraiment existé. La plupart des événements politiques et personnels auxquels ils sont confrontés ont eu lieu. Tout donne à penser qu'en ce moment crucial de l'histoire du monde, le plus grand des penseurs juifs et le plus grand des philosophes musulmans ont dialogué exactement comme ils le font ici. Tout, enfin, dans l'Histoire, s'est toujours déroulé et se déroule encore exactement comme si le complot évoqué dans ces pages avait vraiment existé. Comme si les « Eveillés » étaient encore parmi nous, porteurs d'un secret essentiel pour l'avenir de l"humanité, mais à jamais perdu. A moins que...

  • William Thornhill, un ancien bagnard jeté hors de son pays, a refait sa vie en Australie du Sud, le long du fleuve Hawkesbury, sur des terres hantées par le souvenir d'anciens occupants aborigènes méprisés et massacrés. Malgré son acariâtre belle-mère, sa fille Sarah mène une vie heureuse auprès de lui. Jusqu'au jour où elle s'éprend de Jack, un jeune métis. Ses proches s'opposent farouchement à cette union. Mais comment comprendre la réaction d'un père habituellement si généreux et attentif ? Quel lourd secret peut-il cacher ?

  •  Maurice Druon Les Rois maudits 1 Le Roi de fer Les Rois maudits, célèbre fresque historique en sept volumes :
    1. Le Roi de fer. 2. La Reine étranglée. 3. Les Poisons de la Couronne.
    4. La Loi des mâles. 5. La Louve de France. 6. Le Lis et le Lion.
    7. Quand un roi perd la France, font revivre le xive siècle, entre le procès des templiers et les débuts de la guerre de Cent Ans. Traduits dans le monde entier, Les Rois maudits ont remporté un succès exceptionnel et sont considérés comme un des modèles contemporains du roman historique.

    Le Roi de fer, premier volume du cycle, a pour figure centrale Philippe IV le Bel, roi d'une beauté légendaire qui régnait sur la France en maître absolu. Tout devait s'incliner, plier ou rompre devant l'autorité royale. Mais l'idée nationale logeait dans la tête de ce prince calme et cruel pour qui la raison d'Etat dominait toutes les autres.
    Sous son règne, la France était grande et les Français malheureux.

  • La note secrète

    Marta Morazzoni

    Dans la Milan du XVIIIe siècle, l'histoire de Paola Pietra, religieuse malgré elle, qui découvre, grâce au chant et à sa sensualité, un autre monde et sa propre liberté. Une oeuvre qui entraîne le lecteur dans un jeu subtil avec les codes de la grande tradition romanesque.

  • >Bernard Simiot Ces messieurs de Saint-Malo Seul de tous les petits commerçants de Saint-Malo, Mathieu Carbec, dont les grands-parents vendaient naguère de la chandelle, a eu l'audace d'acheter trois actions de la Compagnie des Indes orientales que vient de fonder Colbert. Ce sera le point de départ d'une grande saga familiale au moment où la bourgeoisie maritime se rue à la conquête des piastres, des charges et des titres nobiliaires.
    Négociants, armateurs, corsaires ou négriers, les Carbec, parmi tant d'autres, se lanceront sur toutes les mers du globe, sans se soucier de savoir si leurs écus ou leurs fleurons sentent trop les épices ou la traite, la ruse ou la fraude...
    Le rebondissement de multiples situations, le foisonnement de personnages où se détachent d'admirables portraits de femmes, la présence permanente de l'histoire, font de Ces messieurs de Saint-Malo un grand roman d'aventures et d'amours qui est aussi un grand roman de société.

    Ces messieurs de Saint-Malo comprend :
    1. Ces messieurs de Saint-Malo 2. Le Temps des Carbec 3. Rendez-vous à la Malouinière.

  • «Le métier de peintre tient de l'alchimie. Ecoute et regarde car il ne s'apprend que de bouche à oreille, de maître à élève. Tout cela pour disposer d'une belle matière sans laquelle il ne peut y avoir de bonne peinture.» A dos de mule, à l'aube de la Renaissance, un jeune peintre italien s'en fut jusqu'à Bruges recueillir le secret d'une lumière nouvelle. C'était Antonello de Messine. Un peu plus tard, Laurent «le Magnifique» règne sur Florence. Autour de lui, des premiers pas - et premières esquisses - se font remarquer. Où l'on retrouve Botticelli, Michel-Ange, Raphaël, Léonard de Vinci...
    Jean Diwo pousse ici délicatement les portes des ateliers les plus prestigieux pour nous conter l'histoire des acteurs d'un temps unique : celui où la Joconde parlait.

  • L'expédition de cinq Européens vers le Yémen, en 1761.

empty