Cardon

  • Cathédrale Cardon

    Cardon

    Un homme nu marche seul, muni d'un modeste baluchon. Le long d'un chemin imaginaire, il a comme unique compagne la pierre taillée de l'édifice, abritant, au détour des coursives de l'immensité minérale, son cénacle personnel, composé tantôt de fantômes du passé, tantôt d'artéfacts mémorables. Introduit par une éclairante préface qui porte sur l'enfance de Cardon sous l'occupation allemande, Cathédrale décortique sur plus de cent-vingt dessins au style précis, fouillé et d'une fascinante intensité, sa vie d'artiste engagé. Ces dessins, commencés dans les années 1980, relatent les moments marquants de la jeunesse avec ses incompréhensions, ses plaisirs et ses peurs, et se muent vers l'âge adulte dans un ensemble composé d'influences artistiques, d'échappées nécessaires et d'un dégoût de la religion, des politiques et leurs fiascos successifs. Mais surgissent parfois également les espoirs. Cathédrale est un projet hors norme qui relève de la geste testamentaire. Synthèse graphique et symbolique du fameux style Cardon du Canard Enchaîné, ce livre crée un pont entre son travail d'auteur de bandes dessinées que les lecteurs ont pu découvrir dans les pages de L'Humanité Dimanche dans les années 1970 et ses dessins grands formats publiés au compte-goutte dans les différentes revues de Frédéric Pajak. À l'image de Notre-Dame de Paris, qui fut le premier choc esthétique de Cardon, Cathédrale est un monument : l'oeuvre d'une vie d'un dessinateur exceptionnel.

  • Il était chic, dans la première moitié du XXe siècle, de mentionner sur sa carte de visite "abonné au gaz", en signe de modernité et d'aisance financière.
    Instrument merveilleux, le compteur était alors un rêve, devenu un siècle plus tard, sous la plume de Cardon, cauchemar universel. Big Brother ne nous observe plus, il calcule notre consommation. Nous voici autonomes, comme de modernes scaphandriers, libres d'emporter toujours et partout notre esclavage greffé sur les omoplates. Et c'est ainsi que le capitalisme, non content de nous faire une tête au carré, nous fait un cube dans le dos.
    Admirables, les parents font leur devoir et avertissent leur enfant : "L'air ne doit pas être dépensé pour des bêtises comme respirer des fleurs ou monter l'escalier quatre à quatre". Même le père est suspect, pour ne pas avoir assez consommé. La mère veille à la régulation. Il est vrai qu'en ce début de XXIe siècle l'air que nous respirons reste gratuit, ce qui constitue un véritable scandale, eu égard aux lois économiques les plus sacrées.
    Dès 1973, dans cette "véridique histoire", Cardon, qui ne manque pas d'air, racontait cette contre-utopie : une humanité bossue, l'échine appareillée d'une monstrueuse prothèse et connectée au Grand Réseau. Dans ces rafales de traits gris, ces paysages d'où tout espoir est banni, ces personnages peu individualisés, zombies taiseux et anonymes - ici pas de "bulles", mais des "cartons" comme au cinéma muet ! -, dans ces appartements au mobilier minimal, cette banlieue ouvrière tirée au cordeau, les courbes et les volutes sont un luxe de quartier riche.
    Rien de baroque dans ces briques et ces pavés ! Créateur d'horizons dévastés et de "lignes de fuite" qui ne s'enfuient nulle part, Jacques-Armand Cardon dessine chaque semaine dans Le Canard enchaîné depuis un demi-siècle. Combien de dessins au compteur ? Il doit s'adapter au format réduit des colonnes, manquant souvent d'air dans l'atmosphère embourgeoisée du journalisme parisien. Né en 1936, l'année du Front populaire, nourri de slogans et de bon lait ouvrier, embauché éphémère à l'arsenal de Lorient, Cardon est un amoureux déçu des lendemains qui chantent et de la classe ouvrière qui déchante.
    Quand on regarde ses dessins, on entend le bruit des bulldozers et de toutes les machines à uniformiser, araser, calibrer, formater. Heureusement, comme le dit un personnage de ce formidable album : "Rien ne fait consommer d'air comme de rire".

  • DE NOMBREUX LECTEURS le guettent chaque semaine, et s'en réjouissent à l'avance comme on se réjouit d'un bon tour façon Robin des bois, d'un coup de patte qui met dans le mille, d'une injustice réparée : depuis plus de trente ans, dans le Canard enchaîné, le dessinateur Cardon exécute d'un trait les puissants et les faux-culs du jour, d'une manière qui n'appartient qu'à lui : il les dessine de dos.
    Leurs bobines, a-t-il décidé un jour, je les ai assez vues ! Du coup il se contente de leurs épaules, d'une nuque, d'un profil à peine esquissé mais qui suffisent largement, maîtrise du trait oblige, à les reconnaître.
    Et hop ! D'un coup de plume, les voilà dégonflés comme baudruches, voilà mis à nu le ridicule de leurs postures et l'enflure de leurs mots. Cardon traite en effet ce retournement drôlatique d'une façon très singulière, qui mêle poésie féroce, esthétique sans complaisance et brutalité intellectuelle. Sous sa plume défilent ici toute une ribambelle de jean-foutre, politiciens (Giscard, Mitterrand, Raffarin, Chirac, Sarkozy, etc.), pédégés suffisants, nationalistes corses, barbus islamistes, etc. Un album vengeur et méchant.

  • Cardon, dessins

    Cardon

    • Heron
    • 1 Octobre 2002

    Ce livre présente des dessins de Jacques-Armand Cardon, de grands dessins poétiques et fantastiques à l'encre de Chine, sélectionnés dans sa production des 30 dernières années. Ce ne sont pas des dessins de presse, même si certains ont été publiés dans des journaux ; Jacques-Armand Cardon nous raconte une histoire et nous livre sa conception du monde.

    Jacques-Armand Cardon, né en 1936 au Havre (France), a collaboré depuis 1961 à plus de 10 journaux français ; il est très connu pour ses dessins de presse publiés dans " Le Monde " et, toutes les semaines, dans " Le Canard Enchaîné ", dont il est l'un des illustrateurs permanents.
    Son activité principale, bien moins connue que son activité d'illustrateur, est le dessin d'art, et des expositions lui ont été consacrées en Allemagne et en France.

  • Les formats de la générosité : trois explorations du Téléthon, Dominique Cardon, Jean-Philippe Heurtin, Olivier Martin, Anne-Sophie Pharabod, Sylvie Rozier L'espace public de la recherche médicale. Autour de l'affaire de la ciclosporine, Nicolas Dodier L'engagement dans l'arène médiatique. Les associations de lutte contre le sida, Janine Barbot La leçon d'humanité de Gino. Michel Callon et Vololona Rabeharisoa La confusion des conditions. Une enquête sur la série télévisée Urgences, Sabine Chalvon-Demersay

  • Pour définir la complexité d'un phénomène, il est nécessaire de s'éloigner du simple constat de complication et traiter une question de fond : comment la nature a-t-elle pu engendrer la complexité et l'augmenter systématiquement dans tout le vivant ? L'approche constructiviste revient à concevoir des systèmes complexes artificiels fondés sur des éléments proactifs, des systèmes générateurs de systèmes, comme dans le cas du vivant. On pose l'existence d'un champ organisationnel calculable pour expliquer la complexité, un champ qui structure l'organisation et contraint toute évolution. Ce champ organisationnel est typique des systèmes auto-adaptatifs et conduit à la fois à la représentation fine des phénomènes complexes et à la construction effective de la vie artificielle.

  • Coup de tonnerre au royaume des poules : Marinette veut changer de couleur de plumes !
    Mais cette idée ne semble pas plaire à tout le monde. La question divise, un débat animé s'engage. Et pour éviter que la dispute ne tourne mal, elles décident d'organiser un grand carnaval où chacun pourra venir déguisé comme il le souhaite, laissant ainsi exprimer toute ses envies et sa créativité.
    Que la fête commence !

  • Couver les oeufs est une affaire de première importance pour garder au chaud les futurs poussins. Mais couver, c'est aussi des contraintes et le temps paraît parfois bien long. Est-ce que les poules peuvent faire des pauses ? Et pourquoi est-ce que les coqs ne participeraient pas ?

  • C'est la panique au poulailler. Marcel, le coq blanc, a disparu. Un sale coup du renard, les poules en sont persuadées.

    C'en est trop, les attaques incessantes du renard sont devenues insupportables. Les volatiles décident de riposter. Toutes les poules, les noires, les rousses et les blanches se rassemblent pour passer à l'action. Mais comment s'organiser ? En bataillons ? Par couleur ? Par taille ? Qui se postera aux premiers rangs de la nouvelle armée des gallinacés ? Les noires peut-être, puisque leur coq s'exprime avec tant de charisme ? Hors de question pour les poules blanches, qui veulent venger la disparition de leur bienaimé.
    Elles veulent passer en premier. Et d'abord, pourquoi le commandement reviendrait-il à un mâle ?

    Une histoire drôle et intelligente sur le pouvoir, la démocratie et la place de l'individu dans la société. Qui se referme sur une chute délicieusement amusante.

  • Parmi les espoirs et les craintes que suscite la numérisation de nos sociétés, la constitution de grandes bases de données confère une place de plus en plus centrale aux algorithmes qui gouvernent les comportements de chacun. L'ambition de ce livre est de proposer une exploration critique de la manière dont les techniques de calcul façonnent nos sociétés. Classement de l'information, personnalisation publicitaire, recommandation de produits, orientation des déplacements, mesures corporelles, etc., les calculateurs sont en train de s'immiscer, de plus en plus profondément, dans la vie des individus. Cet ouvrage voudrait montrer comment les techniques statistiques qui prennent leur essor avec les big data enferment des conceptions différentes de la société qu'elles calculent. Loin d'être de simples outils techniques, les algorithmes enferment un projet politique. La thèse défendue dans cet ouvrage est que la personnalisation des calculs est à la fois l'agent et la conséquence de l'individualisation de nos sociétés. Elle témoigne de la crise des catégories statistiques traditionnelles qui permettaient à la société de se représenter. Elle encourage le déploiement de la course méritocratique vers l'excellence, la compétition des individus pour la visibilité et le guidage personnalisé des existences. Comprendre la logique des nouveaux algorithmes du web, c'est aussi donner aux lecteurs les moyens de reprendre du pouvoir dans la société des calculs.

  • « L'entrée du numérique dans nos sociétés est souvent comparée aux grandes ruptures technologiques provoquées par l'invention de la machine à vapeur ou de l'électricité. En réalité, c'est avec l'invention de l'imprimerie, au XV e siècle, que la comparaison s'impose, car la révolution numérique est d'abord cognitive : elle est venue insérer des connaissances et des informations sur tous les segments de la vie sociale. » Cet ouvrage donne les clés pour comprendre ce que le numérique fait à nos sociétés et ce que nous faisons avec le numérique. Pour nous aider à découvrir la diversité de ses usages et de ses innovations, à ausculter son fonctionnement, à examiner les enjeux qu'il soulève et, surtout, à prendre du recul par rapport aux discours souvent superficiels qui s'accrochent à ce TGV technologique. Les mondes numériques ont une histoire, une géographie, une économie et une politique plus riches que ne le laisse penser le débat public sur les bienfaits et les méfaits du web.
    De la naissance d'internet aux enjeux futurs de l'intelligence artificielle, en utilisant des éclairages disciplinaires variés et en s'appuyant sur des exemples concrets (le laboratoire de Doug Engelbart à Stanford, le système de régulation de Wikipédia, les avis des sites marchands, etc.), Dominique Cardon nous invite à nous forger une indispensable culture numérique.

  • Bleu mignon, fleur de coing, agriotte, langouste... Des couleurs surgies du passé, un trésor d'inspiration.
    Ce cahier bilingue français-anglais donne la parole aux échantillons de teinture d'Antoine Janot, maître-teinturier languedocien de la première moitié du XVIIIe siècle, aux couleurs appréciées jusqu'aux confins de l'Orient.
    Après une brève présentation du teinturier et de son oeuvre, ce cahier livre les clés des couleurs de 67 de ses échantillons de fin drap de laine?: nom et photo de chaque nuance, description du procédé permettant de l'obtenir et - nouvel apport à l'histoire des noms de couleurs - ses coordonnées colorimétriques dans l'espace chromatique CIELAB. Il devient alors possible de vérifier l'exactitude des essais de reproduction de ces couleurs et de s'en inspirer pour concevoir les couleurs de demain.


    Celestial blue, quince flower, sour cherry, lobster red... How can we not be inspired by these colour names from the past?
    This bilingual Workbook in English and French presents the colour gamut of Antoine Janot, a master-dyer from Languedoc in the south of France during the 18th century whose colours were highly prized as far away as the Levant.
    After a brief introduction of the master-dyer and his work, the authors deliver the key elements defining the colours of 67 swatches of fine wool broadcloth: the name and photo of each shade; a schematic description of the process by which it has been obtained; and (in a new approach to the history of colour names in textiles) its chromatic specification in the CIELAB colour space. This makes it possible to assess the accuracy of attempts to reproduce these colours and use them as sources of inspiration for the future.

  • Grâce à sa maman, Ti Poulpe apprend à marcher, à nager et surtout... à cracher de l'encre !
    Mais l'élève va dépasser le maître en découvrant que l'encre peut servir à autre chose qu'à chasser ses ennemis.

  • L'Analyse Transactionnelle est une méthode de développement personnel pour mieux se connaître, se sentir bien au milieu des autres et prendre sa vie en main. Elle nous sensibilise aux différents modèles de communication et nous invite à choisir nos comportements en conséquence. Elle propose notamment une grille d'analyse claire et des outils efficaces pour résoudre les conflits dans un groupe : une famille, une équipe, une organisation...

    Après avoir défini les concepts de base de l'AT, ce guide illustre ses applications pratiques et vous suggère des tests complets pour vous permettre de progresser personnellement.

    Des auteurs spécialistes - Des explications claires - Des pistes concrètes

  • Disparition de l'espace privé, incitation à la diffamation, menaces sur l'avenir de la presse : dans de nombreux débats, Internet fait figure de coupable. Mais, bien plus qu'un média de communication et d'information, Internet est une forme politique à part entière. En décloisonnant le débat et en l'ouvrant à de nouveaux participants, Internet renouvelle les possibilités de critique et d'action. Surtout, le web constitue à l'échelle planétaire un laboratoire d'expériences démocratiques : auto-organisation des citoyens, délibération élargie à de nouveaux publics, mise en place de collectifs transnationaux, socialisation du savoir, etc. Internet ne permet pas seulement de communiquer davantage ; il élargit formidablement l'espace public et transforme la nature même de la démocratie. Avant de la célébrer ou de la dénigrer, il faut penser la révolution numérique.

  • Que mangent les enfants à l'école ? Quelle place occupe la cantine ? Que se passe-t-il pendant la récréation ? Comment les enseignants transmettent-ils des savoirs nutritionnels ? Quel rôle jouent les industriels de l'agroalimentaire dans l'alimentation scolaire des enfants ? Qu'en disent les médias ?

    Autant de questions auxquelles ce livre apporte des réponses précises issues de plusieurs enquêtes en sociologie et sciences de l'information et de la communication dans différents établissements scolaires.
    Les auteurs montrent comment se fabrique au sein de l'école l'idée, portée par les pouvoirs publics, de "se nourrir bien". Ils interrogent les professionnels de l'école (cuisiniers, enseignants, animateurs, directeurs), les enfants, les parents, ainsi que les promoteurs des politiques publiques nutritionnelles (état, collectivités locales, médias).

    Ce livre jette un regard neuf sur une question sociale centrale : l'alimentation des enfants.
    Outre l'étude des discours médiatiques, communicationnels, éducatifs, il regarde ce qui se joue en cuisine, à la cantine, en classe, pendant les goûters ou la récréation. Il montre que si une politique publique nutritionnelle à destination des enfants a vocation à leur apprendre à "bien manger", cela ne va pas de soi. Elle dépend des contextes d'interactions à l'école, selon les différentes scènes sociales (cantine, salle de classe, cour de récréation), des appartenances sociales, ou des dynamiques entre école et parents.

  • De la pourpre impériale extraite de coquillages marins aux étoffes teintes aux écorces et à la boue, les teintures naturelles étaient, jusqu'à la fin du XIXe siècle, les seules sources de couleurs de tous les textiles utilisés par l'Homme. Elles servaient aussi à teindre les peaux, les poils, les plumes, l'os et l'ivoire, les bois, elles fournissaient les colorants alimentaires, cosmétiques et pharmaceutiques et une partie des pigments utilisés en peinture.
    Supplantées durant plus d'un siècle par les teintures synthétiques, elles redeviennent aujourd'hui un enjeu économique et culturel. Invitation à un tour du monde des savoirs sur la teinture par les colorants naturels à travers l'histoire, de l'art, et de l'artisanat traditionnel, aux recherches scientifiques interdisciplinaires de pointe et leurs applications industrielles, cet ouvrage offre une synthèse unique des connaissances sur les matières colorantes présentes dans plus de trois cents plantes et d'une trentaine d'animaux du monde entier. Près de 600 photos illustrent cet ouvrage représentant, outre les plantes et les animaux tinctoriaux, les textiles et les objets anciens teints, les teinturières et teinturiers au travail au fil des siècles. Enfin, un appendice chimique regroupe toutes les structures des colorants naturels étudiés.

  • Initiation à l'équilibre alimentaire dans les cantines, promotion des "petits gestes" anti-gaspillage, essor des produits bio et gluten free, mouvements Vegan et slow food, succès de Top chef ou autre Master chef... les injonctions et observations concernant nos pratiques alimentaires ont aujourd'hui envahi l'espace médiatique et la vie quotidienne. Si bien que l'alimentation est devenue un objet incontournable pour comprendre l'évolution des sociétés.
    L'alimentation occupe une place centrale dans l'économie (emplois, agriculture, industries agroalimentaires), dans l'emploi du temps des ménages, dans l'administration sanitaire, dans les discours environnementaux.

    Cet ouvrage propose une étude sociologique complète de l'ensemble de ces enjeux, selon trois axes de questionnements. Tout d'abord, l'alimentation comme support d'identités culturelles et question économique. Ensuite l'alimentation comme objet et enjeu d'encadrement politique.
    Enfin l'alimentation dans la sphère domestique comme relevant de la morale familiale.

  • Les couleurs, pour Antoine Janot, c'est son métier. Encore enfant, avec son père, il a appris à sentir l'odeur de la cuve de pastel, tâter le goût du bain avant d'y plonger le tissu pour le bleuir. Plus tard, il s'est musclé les bras à tourner les lourdes pièces de lainage dans les chaudrons bouillants des rougies de cochenille. Il est un de ces maîtres-teinturiers dont les couleurs éclatantes assurent l'engouement pour les draps du Languedoc aux Échelles du Levant. Alors, quand le nouvel inspecteur des manufactures nommé à Saint-Chinian vient lui confisquer une pièce d'écarlate sous prétexte que son rouge est affamé, Antoine Janot décide de ne pas se laisser faire. Il rédige un mémoire garni d'échantillons pour expliquer comment il obtient toutes ces couleurs, et il l'envoie à Montpellier, à l'Intendant du Roi en Languedoc, avec une lettre dénonçant les abus de pouvoir de l'inspecteur.
    Pavé dans la mare. Les remous provoqués vont faire repérer Janot jusqu'à Versailles comme un « aventurier sujet à caution, aussi inquiet, aussi haut et aussi dangereux qu'il est bon teinturier ».
    Le mémoire, enterré dans les archives, est ici édité, avec deux autres d'Antoine Janot : c'est le plus ancien ensemble connu de recettes de teinture des draps de laine, illustrées d'échantillons, organisées systématiquement dans l'ordre des opérations techniques permettant d'obtenir toutes les gammes de coloris grand teint avec les colorants naturels.
    Leur étude technologique et colorimétrique, proposée par Dominique Cardon, veut inspirer les passionnées et passionnés de couleur et ouvrir de nouvelles voies pour ressusciter les couleurs de l'ère des Lumières.

  • Cet ouvrage n'est pas un livre de cuisine comme les autres.
    En effet, au-delà des recettes régionales testées et approuvées par les plus fins palais, c'est la mise en valeur des produits qui sera sublimée. L'ouvrage débute par la présentation des aliments que vous aurez choisis, leur technique de pêche ou d'élevage, les qualités gustatives de ces produits et les critères de qualité qui en font un mets d'exception.
    Des connaissances simples mais qui montreront à vos invités l'intérêt et le soin que vous apportez dans le choix des produits cuisinés.Stéphane Delahaye, cuisinier enseignant, vous dévoilera toutes ses techniques et son savoir-faire pour vous assurer la réussite des recettes entreprises et le succès garanti auprès de vos hôtes.
    En un mot, une cuisine régionale inventive, intelligente, explicite, préparée avec des produits locaux et qui, avec votre talent, feront de vous la vedette du repas.

empty