Paul Valet

  • Paul Valet, de son vrai nom Georges Schwartz, né à Moscou en 1903 et mort à Vitry-sur-Seine en 1987, poète mais aussi pianiste, peintre et médecin (il fut un des pionniers de l'homéopathie) est un de ces grands singuliers libres de toute allégeance dont le parcours et l'oeuvre sont marqués par l'insoumission et la révolte contre toutes les oppressions. Grand résistant, chef de réseau les armes à la main comme Char, il voit tous les siens disparaître à Auschwitz . Il vivra après la guerre hors des cénacles littéraires , médecin des pauvres à Vitry , publiant treize recueils de son vivant , principalement chez GLM et au Mercure de France, nouant des relations privilégiées avec Eluard, Prévert, Char, Michaux ou Cioran. "Ses vers sont d'un déchaîné, ses propos d'un sage", dit de lui Cioran évoquant par ailleurs son "lyrisme frénétique". D'une langue drue, jaculatoire ou concentrée dans des aphorismes incisifs, sa poésie sans concession mais qui fuit le nihilisme ou le dépit illustre parfaitement ce courage d'exister que Sophie Nauleau, qui préface notre volume, a choisi pour thème du Printemps des poètes 2020. Nous avons souhaité rassembler quatre de ses recueils majeurs sous le titre La parole qui me porte et autres poèmes : s'il avait décidé en effet de s'appeler Valet, c'est que cet insoumis se voulait "valet de la parole " et d'elle seule."MA PARTJe pense contre la pensée J'espère contre l'espoir J'attends contre toute attente J'avance contre tout avance J'ai égaré la clef De tous mes tabernacles J'épelle dans le chaos Ma liberté première Je suis ce rien obscur Contre qui l'on ne peut rien J'écris C'est un mystère Je vis C'est un miracle Perpétuel brûlot La guerre est mon repos"Extrait de La parole qui me porte.

  • "Le pseudonyme Valet : je l'ai choisi pour ce qu'il signifie, je ne suis pas libre d'écrire ce que j'écris : la pensée va au-delà de la parole et, pour exprimer ma pensée, il faut que je la soumette aux lois de la parole. Je suis donc le valet de la parole, la valet de la poésie." Paul Valet, entretien avec Madeleine Chapsal, L'Express, 15 août 1963.

  • Lorsque des abeilles investissent le jardin botanique, chacune d'entre elles fait son miel personnel à partir de multiples pollens.
    Ainsi les lecteurs d'un même livre trouvent chacun de quoi nourrir leurs propres réflexions. Sans donc limiter la portée du livre de Paul Valet relevons quelques axes qui l'ont fait accueillir dans la collection Signes des temps. Une première piste né en 1921, en apprentissage à 13 ans, au travail à 15, ce n'est qu'à 23 ans que l'auteur rejoint " les études " pour devenir prêtre. Sans être original, cet itinéraire n'est pas commun, même chez les futurs prêtres-ouvriers.
    En première conséquence, ce récit souligne combien Paul Valet fut d'abord et est resté ouvrier dans toutes les fibres de sa vie. C'est la raison de son entrée à la Mission de France. Une deuxième piste la question de la prise en compte de la vie affective dans la formation des futurs prêtres. Marié à 50 ans passés tout en restant viscéralement attaché à sa foi d'autant, l'auteur pose un regard serein mais non sans questions ni rigueur sur les déficiences de cette formation.
    Il souligne en particulier l'absence de formation dans le domaine de la psychologie des formateurs des futurs prêtres. Question d'hier ? Question pour aujourd'hui et demain. Une troisième piste bloqué par la condamnation de mars 54, Paul Valet fait partie de ceux qui, sans faire de bruit et avant la reprise officielle de 1966, sont entrés progressivement au travail dès 55. Quand l'autorisation de 1966 arriva, ils étaient nombreux dans cette situation.
    Parmi eux, seuls une cinquantaine furent " choisis Paul en était. Mais les autres ? Paul s'est battu contre cette disparité et il fournit ses échanges de correspondances virulentes avec les autorités du moment. Enfin, la construction du livre : les premiers chapitres qui décrivent l'itinéraire de l'auteur au fil des ans. Puis un 9° est intitulé : " Relecture à 85 ans " reprend cet itinéraire avec le recul de la maturité afin d'en souligner le sens profond.
    Histoire d'un homme, ouvrier et prêtre toujours ouvrier : histoire d'une époque et de l'Eglise dans cette époque, à travers la Mission de France.

empty