Simon Abkarian

  • À son retour de la guerre de Troie, Agamemnon, roi des Grecs, est assassiné par sa femme Clytemnestre et son amant, Égisthe. Pour asseoir leur domination, le couple ordonne l'assassinat d'Oreste, le fils d'Agamemnon. La plus jeune fille du roi, Chrysothémis, fait le choix de rester auprès de sa mère et de supporter la concupiscence d'Égisthe. Électre, l'aînée, a trouvé refuge chez les prostituées d'Argos et se consume dans son désir de vengeance. Aveuglée par la haine, refusant l'appel à la raison et au pardon de sa jeune soeur, elle la laisse sacrifier sa virginité à Égisthe et reste sourde aux justifications de sa mère qui a tué Agamemnon pour venger la mort de sa fille, Iphigénie. Son seul espoir se nomme Oreste, frère exilé qui, travesti en femme, revient à Argos pour exaucer les prières de sa soeur. Dans la scène finale, lui, le fils qui répugne à verser le sang, exhorté par sa soeur assoiffée de vengeance, commet un matricide, prolongeant ainsi la malédiction des Atrides.

    Personnages : 12 femmes, 4 hommes, 3 musiciens et un choeur / durée estimée : 2 h.

  • Pénélope ô Pénélope (Actes Sud-Papiers, 2009) racontait l'obstination amoureuse d'une femme qui savait attendre. Le Dernier Jour du jeûne (Actes Sud-Papiers, 2014) racontait l'histoire des femmes qui s'émancipent du dictat des hommes et du religieux. Le troisième et dernier tome de cette trilogie se situe en fait au milieu, il parle, bien plus que de la guerre, du paradis perdu qui s'abîme.

  • Simon Abkarian rend hommage à ses origines méditerranéennes et aux tragédies grecques à travers une tragicomédie de quartier où les femmes jouent un rôle de premier plan tout en se confrontant à ce qui leur est imposé par la tradition. 

  • Le monologue de Ménélas, héros de la Guerre de Troie, qui, fou d'amour et de rage pour Hélène partie avec Pâris, cherche à rompre le silence.

    Ménélas est Roi de Sparte, fils cadet d'Atrée. Tombé fou d'amoureux d'Hélène, la plus belle humaine de Sparte, il est choisi par la dernière et l'épouse.
    Le père d'Hélène, Tyndare, craignant le dépit des nombreux prétendants de sa fille, leur fit promettre de la défendre sur l'honneur si jamais elle subissait une offense.
    Pâris est reçu dans le palais d'Hélène et Ménélas en grande pompe. Il est aussi subjugué par la beauté d'Hélène et profite d'une absence de Ménélas pour l'enlever et l'amener à Troie. Il l 'épouse.
    Simon Abkarian imagine ici le monologue de Ménélas, dans une composition poétique et musicale pour une voix, juste avant que débute la Guerre de Troie.
    Ménélas apparait en proie aux sentiments les plus violents et contradictoires, de la rage au désespoir, de l'ivresse à la nostalgie. Il en résulte une parole à la fois crue, triviale et tendre car débordante d'amour.

    Abkarian écrit pour lui même ce texte, comme une violente charge contre l'impuissance des hommes face à l'amour, l'amour d'une femme mais aussi l'envahissement de ses passions. L'acteur des rôles violents, le mystérieux, le voyou, l'écorché vif nous livre une part intime de lui : comment aimer sans être déchiré.

  • Dinah, couturière, a élevé loin de la guerre son fils theos.
    Ante, potentat local et propriétaire de l'appartement oú elle vit, la poursuit de ses ardeurs; il veut l'épouser puisque son mari n'est toujours pas rentré. la guerre est finie depuis dix ans mais l'épouse constante ne survit que dans l'attente de son mari bien-aimé. ante la fait chanter: demain elle l'épousera ou bien il tuera son fils. theos, fougueux jeune homme, est prêt à en découdre avec ante. c'est alors qu'un mendiant échoue sur la grève: elias, le soldat de retour du front, le mari perdu, le père recherché.
    Le cycle infini de la vengeance pourra-t-il un jour se rompre?.

empty