La Tempete

  • Peur de la liberté

    Carlo Levi

    Sur la plage de La Baule en 1939, alors que les divisions blindées allemandes gèrent les plaines polonaises et se préparent à envahir la France, Carlo Levi, âgé de 37 ans, tente de fixer son regard sur la crise de la culture européenne et de s'interroger sur les raisons qui ont motivé une civilisation entière à un résultat si catastrophique. Levi soumet à une critique implacable la religion (qui transforme le sacré en sacrifice), l'État (idole sociale de laquelle la politique occidentale ne peut se libérer), la guerre, le sang, la masse, l'amour et l'art. Carlo Levi est un écrivain, médecin, peintre et journaliste italien, auteur du célèbre roman autobiographique Le Christ s'est arrêté à Eboli (Gallimard).

  • Culture de droite

    Jesi Furio

    Qu'est-ce que la culture de droite ? Furio Jesi consacre les études ici réunies à l'analyse des matrices souterraines, du langage et des manifestations des « idées sans mots » de la culture de droite du dix-neuvième siècle , ce faisant il démasque les lieux communs, les formules et les mots d'ordres qui font allusion à un noyau mythique : les principes récurrents de Tradition, Passé, Race, Origine, Sacré. Dans cette perspective, l'auteur enquête sur les appareils linguistiques et iconographiques qui sous-tendent le néo-fascisme, le nazisme et le racisme, et sur les matériaux mythologiques manipulés par la propagande politique de droite pour légitimer son pouvoir et l'ordre social dominant.

  • Vers un nouveau manifeste montre Theodor Adorno et Max Horkheimer dans un échange d'idées inédit, animé et fluide. Ce livre est un compte rendu de leurs discussions au printemps 1956, enregistrées en vue de la production d'une version contemporaine du Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels.

    Une jam-session philosophique au cours de laquelle les deux penseurs improvisent librement, souvent de manière sauvage, sur des thèmes centraux de leur travail - théorie et pratique, travail et loisirs, domination et liberté - dans un registre politique unique.

    Un exemple passionnant de philosophie en action et une carte convaincante d'un passage possible vers un nouveau monde.

  • Antimatrix

    Alessi Dellaumbria

    Ce livre suit le même fil conducteur qu'un roman noir - une des dernières formes de récit qui arrivent à nous parler vraiment du monde. La narration se construit ici comme une enquête qui, à force de rassembler des éléments épars et désordonnés voit se profiler une certaine cohérence, transparaissant à travers le brouillage spectaculaire.

    Dans ce monde où nous ne voyons plus que des choses et non des liens, et où inversement rien ne doit échapper aux dispositifs de capture du capital et de l'État, les angles morts n'auront jamais été aussi vivants. Le narrateur d'Antimatrix se tient dans l'un de ces angles morts.

  • L'oeuvre de Jacques Camatte est entourée d'une authentique conspiration du silence. Il faut dire qu'à la différence d'autres théoriciens révolutionnaires, il n'a ni trahi ni cherché la reconnaissance. Le plus impardonnable est certainement qu'il ait décrit précisément le cours historique fatal dans lequel le capital entraînait l'humanité.

    Il y a cinquante ans, il a vu la constitution de la société en un appareillage enserrant la planète, ravageant toute nature, et la nécessité de quitter ce monde. Il a vu le vide des subjectivités, l'anxiété qui les propulse, et l'aspiration diffuse à une véritable communauté. Il faut lire Camatte, car la compréhension du processus historique est l'unique façon de ne pas devenir aussi fou que cette époque.

  • Le regard du jaguar - introduction au perspectivisme amerindien Nouv.

  • En 1925, Walter Benjamin, Asja Lacis et Alfred Sohn-Rethel séjournent ensemble dans la région de Naples. Ce voyage est l'occasion d'une fréquentation intense de la ville qui donne lieu à l'écriture des textes ici rassemblés. Benjamin et Lacis remarquent, dans la vie et l'architecture des Napolitains, la porosité entre espace privé et public. Sohn-Rethel quant à lui s'appuie sur les rapports comiques et ludiques que le peuple napolitain noue avec la technique pour élaborer une philosophie du cassé.

    À Naples, "c'est seulement quand les choses sont cassées qu'elles commencent à fonctionner". Ces textes partagent une passion commune : faire de la ville un lieu d'exercice de la pensée.

  • Dès son apparition en Grèce autour du VIème siècle avant JC, la doctrine orphique a constitué un puissant élément de rupture avec le monde antique. Ses pratiques salvifiques, liées à la croyance en l'immortalité de l'âme, son refus des rituels sacrificiels et le végétarisme, sa conception originale du temps et de la mémoire définissaient un mode de vie le bios orphikos dont la nature est à la fois poétique et politique.
    Cela représente pour Carchia moins une question historiographique qu'un problème esthétique et politique : si la tragédie constitue l'une des pièces fondamentales de la constitution de la polis, l'orphisme représente une voie alternative et revendique la parole poétique dans toute sa force autonome.

  • Pollution massive, bouleversement climatique, disparition de la faune et de la flore, chaque jour apporte de nouveaux chiffres pour confirmer les désastres d'une société en voie d'explosion. Apocalypse et révolution constitue une réponse efficace à ce qui, derrière les discours écologiques, se révèle comme une nouvelle phase de développement du capitalisme. Dès 1972, Cesarano et Collu, analysent comment, par l'auto-critique, la domination réinvestit des thèmes religieux afin de se faire valoir pour la dernière utopie possible. Selon Cesarano et Collu il n'y aura pas de solution « politique » à un processus qui remet en cause la survie même de l'espèce humaine. Il s'agit au contraire de découvrir, derrière la domination de la mort, le mouvement de la vie qui lutte pour conquérir un état de maître sans esclave. La révolution part du corps.

  • Chaosmogonie

    Nanni Balestrini

    Chaosmogonie est la preuve qu'il n'y a pas deux Balestrini - d'un côté, le poète d'avant-garde ; de l'autre, le militant de l'autonomie, co-fondateur de Potere Operaio (Pouvoir Ouvrier) en 1967.

    Tous les poèmes de ce recueil sont "montés", c'est-à-dire que les phrases ou fragments sont repris, déplacés, répétés, et que ce sont justement ces reprises (de Bacon, de Cage, de Godard, entre autres), ces déplacements et ces répétitions qui opèrent et analysent politiquement le monde.

    Dans Chaosmogonie, Balestrini ré-invente ce qu'on pourrait appeler une poésie théorique confessionnelle, une poésie où l'intime est entièrement externalisé et prend sa force d'opposition dans l'art toujours libre et violent du montage.

  • Force et malheur

    Simone Weil

    Ce livre permet de suivre la cohérence du parcours de Simone Weil à travers des articles écrits tout au long de sa vie. Partant de son engagement anarcho-syndicaliste et de la critique du marxisme, elle s'immerge dans la vie et le quotidien des ouvriers durant une année. Cette expérience lui inspirera une théorie de la force et du malheur. La force supprime l'humain et transforme l'homme en chose. Le malheur détruit l'âme, rend muet et empêche toute pensée et toute action.

    En refusant de détourner le regard de cette violence inouïe, Simone Weil produit une pensée vivante et en mouvement, dont la puissance résonne comme un cri d'alarme épris de liberté pour réveiller nos temps aphones.

  • Ne crois pas avoir de droits est le récit d'un groupe de femmes qui, dans les années 1970 en Italie, cherchèrent les ressources nécessaires à l'exercice de leur liberté, prenant le contre-pied d'une logique de victimisation qui leur conseillait avant tout de réclamer, légalement, les droits qui devaient permettre leur émancipation.

    La Librairie des femmes propose un chemin singulier : investir la sphère symbolique, souvent délaissée, comme lieu où puiser afin de faire éclore une puissance féminine. Ce récit ne nous invite pas tant à suivre leur chemin qu'à nous inspirer de leur démarche, à prendre conscience de la force de toute politique qui part de soi.

  • « Je descendais une rue perdue, dans un quartier périphérique, à la recherche d'une pissotière mal famée. Sous un pont, deux loubards attendaient, adossés à leurs motos. Et quand je suis passé, ils m'ont crié, pas méchamment : « Race D'Ep ! » Comme j'étais ivre, il m'a fallu quelque temps pour comprendre. Les invertis ne parlent pas verlan. Race d'Ep, pour pédéraste. Un instant, j'avais senti flotter l'ombre d'une autre race. Ce cri, je l'avais moins senti comme une insulte que comme l'évidence résumée de mon appartenance à un autre monde, à une autre Histoire. Une histoire pas si vieille : née il y a un siècle, et dont les débuts pourraient encore être contés par des vivants. Naissance d'une nouvelle identité, devenue en cent ans une quasi-nature. Ils apparaissent un peu avant le tournant du XXe siècle, mutants des arts de l'image et des sciences médicales, se découvrant peu à peu à travers leurs représentations comme une espèce particulière. Entre les guerres, dans les convulsions de l'Allemagne pré-concentrationnaire, ils prolifèrent comme du chiendent, construisant leur propre destin jusqu'à former une nouvelle définition de l'être humain, un peuple dispersé. Un peuple sans mémoire, oublieux aussitôt des expériences vécues et des exterminations. Une conscience d'être autre qui n'est pas éternelle, mais n'est pas née non plus dans la Libération américaine des années soixante, qui a eu il y a un demi-siècle son âge d'or, continent perdu effacé par le bain de sang totalitaire. » C'est cette histoire inconnue que ce livre, écrit en 1979, veut rendre visible au travers des images qu'elle a créées. La Race d'Ep.

  • De l'esprit libre

    Mario Tronti

    Vaste et érudit commentaire sur la modernité, notamment sur le vingtième siècle, cet ouvrage mélancolique et poétique de Mario Tronti dresse le bilan des échecs des expériences du siècle passé. Alors qu'aujourd'hui on peut dire que la liberté de pensée est garantie, il n'est accordé aucune pensée de la liberté. Le capital a conquis le monde entier, et il est parvenu à conquérir l'homme lui-même.

    Oeuvre de lutte et traité de philosophie politique, De l'esprit libre est aussi et avant tout un chef-d'oeuvre de résistance : une oeuvre composée de fragments, car "on ne peut plus penser et écrire qu'en fragments, le monde d'hier ayant éclaté en milles morceaux."

  • Manuel de survie

    Giorgio Cesarano

    Dès les années 1970, Cesarano observe que le monde comme les subjectivités sont désormais devenus fictifs. Les termes du conflit sont redistribués. Non plus "socialisme ou barbarie", mais "communisme ou destruction de l'espèce humaine." Loin d'invoquer les formes historiques de la révolution, il propose d'un même mouvement une analyse profonde des développements du capital et une critique radicale des subjectivités contemporaines.

    À la survie organisée il oppose "l'insurrection érotique", c'est-à-dire une prise d'arme contre la mort quotidienne, un minutieux sabotage de la "personne sociale" et, enfin, la réalisation de la communauté humaine.

  • Paru en 1911, ce texte du philosophe hongrois - inédit en français - fut écrit entre L'Âme et les Formes et La Théorie du roman, deux textes majeurs du jeune Lukács. Abattu par le suicide de son ex-compagne, Lukács nous livre une réflexion sur le sens d'une existence où se succèdent des tâches inutiles et sans grandeur. À la recherche d'une vie véritable, dans laquelle sens et forme coïncident enfin, l'auteur trouve dans la bonté une échappatoire du désespoir.

  • Cette revue a pour ambition de faire vivre la manière de penser les concepts, les intuitions de la Théorie critique pour analyser notre présent. En 1944, dans la Dialectique de la raison, Adorno et Horkheimer repensent la modernité à l´aune de la catastrophe en cours : ils mettent au jour les démons modernes au coeur du mouvement d´émancipation des Lumières et du déploiement de la raison. Notre époque actuelle est loin d´être étrangère à ces problèmes. Nous essaierons d´être le « guetteur » et, autant que possible, le capteur de dominations enfouies ou banalisées ? mais aussi d´ouvertures utopiques oubliées ou ignorées.

  • L'intérêt de séparer clairement les notions d'histoire et de tradition réside dans le fait qu'elles sont généralement présentées indistinctement, et que cette confusion sert à la falsification de la réalité sur laquelle toute domination doit s'appuyer.

    Agustin Garcia Calvo met son érudition au service d'une critique radicale de la notion d'Histoire pour faire apparaître une définition de la tradition qui s'oppose énergiquement aux relents nationalistes. Une telle recherche, qui trouve un écho avec de nombreuses luttes contemporaines, combine plusieurs champs du savoir, et, dans une heureuse distance avec l'Académie, conjugue la pensée et la poésie.

  • Ne crois pas avoir de droits est le récit d'une expérience collective. L'expérience d'un groupe de femmes qui, dans les années 1970 en Italie, cherchèrent les ressources nécessaires à l'exercice de leur liberté, prenant le contre-pied d'une logique de victimisation qui leur conseillait avant tout de réclamer, légalement, les droits qui devaient permettre leur émancipation. Ce livre est l'histoire de leurs victoires comme de leurs échecs, pour que la liberté soit quelque chose de vécu plutôt que quelque chose de simplement formel. La Librairie des femmes propose un chemin singulier : investir la sphère symbolique, souvent délaissée, comme lieu où puiser afin de faire éclore une puissance féminine. Ce récit ne nous invite pas tant à suivre leur chemin qu'à nous inspirer de leur démarche, à prendre conscience de la force de toute politique qui part de soi.

  • Je fais ce que je peux pour participer au depotoir culturel Nouv.

empty