Le Mot Et Le Reste

  • Un demi-siècle après ses débuts, la carrière protéiforme de David Bowie représente encore un modèle en termes d'art audiovisuel, constamment à la frontière de l'avant-garde et du divertissement. Ayant inspiré pendant des décennies des créateurs aussi divers que Joy Division, Prince, Radiohead ou Lady Gaga, tous marqués par son travail sur le rapport entre musique et image et par l'équilibre qu'il instaure entre expérimentation et pop music, Bowie est à l'honneur dans le livre de Matthieu Thibault. L'auteur analyse ainsi la discographie complète de l'artiste période par période, collaborateur par collaborateur, des premiers singles mods du milieu des sixties jusqu'au retour inespéré avec la sortie de son nouvel album The Next Day en mars 2013.

  • Rendre compte de l'histoire du blues et de sa découverte à travers 150 disques glanés au fur et à mesure d'investigations provoquées par des concerts, des citations, des articles, des rencontres, tel est l'objet de ce livre.
    Il ne s'agit pas d'être exhaustif, mais de proposer un choix parmi les oeuvres les plus marquantes de ce genre musical immortel et bien vivant, depuis Bessie Smith et Robert Johnson jusqu'à Otis Taylor en passant par le blues rural des origines, les hurleurs des années quarante, précurseurs du rock'n'roll, le Chicago blues, la vague britannique de la fi n des années soixante et le blues moderne où se mélangent rock, pop, funk et soul.
    Seuls les albums vinyles ont été retenus, la priorité ayant été donnée à ceux contenant des morceaux remarquables, qui ont fait connaître l'artiste ou laisser une trace dans l'histoire du genre, soit directement, soit par le biais d'un grand nombre de reprises.
    Tous les grands noms (BB King, Muddy Waters, John Mayall, Ray Charles, Buddy Guy, Animals, Elmore James, Fleetwood Mac, Ten Years After, John Lee Hooker, Skip James, etc.) sont bien sûr présents ainsi que d'autres moins connus mais qui ont produit quelques joyaux à redécouvrir absolument.

  • Musicien aveugle, clochard céleste de la première heure prenant l'apparence d'un viking, Louis Thomas Hardin (1916-1999), dit « Moondog », est une figure musicale singulière et majeure. Son premier public sera celui de la rue et son succès grandissant l'amènera à se produire dans le quartier des clubs de jazz, devanant ainsi le « Viking de la 6ème Avenue ». Trop écrite pour être assimilée simplement au jazz, trop complexe pour considérées comme de la pop, la musique de Moondog s'est épanouie avec des géants comme Charlie Parker ou Charles Mingus et a inspiré une diversité d'artistes allant de Bob Dylan à Tom Waits. Amaury Cornut, passionné et admirateur de ce personnage unique, décrypte pour nous le trajet, l'univers et la discographie de ce musicien hors normes.

  • Leonard Cohen arrive à New York au début de l'automne 1966. Il a derrière lui une carrière de poète sans le sou, devant lui une carrière de chanteur country à Nashville. Dans cet avenir tout tracé, New York n'est qu'une étape. Mais c'est pourtant bien dans cette capitale du renouveau folk que Leonard va concrétiser son ambition, et rapidement, devenir chanteur professionnel, enregistrer son premier album, Songs of Cohen.
    Leonard Cohen, tour à tour poète et romancier, séducteur, dépressif, musicien, moine bouddhiste, a déjà fait l'objet de bon nombre d'essais. Leonard Cohen reste avant tout un auteur-compositeur-interprète qu'il convient de saisir à travers le prisme de ses albums, qui lui ont apporté respect et reconnaissance auprès de générations d'artistes et admirateurs.

  • L'ouvrage analyse en détail tous les titres des Beatles dans l'ordre chronologique de leur enregistrement, de " Love Me Do " en 1963 à " I Me Mine " en 1970 en prêtant attention aux thèmes développés dans chacune des chansons ainsi que leur élaboration technique, les interactions entre les musiciens tout en replaçant chaque chanson dans leurs contextes sociologique et musical. L'auteur a eu accès, pour préparer son ouvrage, aux masters originaux du groupe.
    Les morceaux considérés musicalement comme les plus aventureux ou les plus complexes dans leur construction, tels que " Eleanor Rigby ", " Tomorrow Never Know ", " Strawberry Fields For Ever ", " A Day in The Life " etc., font l'objet d'un décryptage des plus poussés.
    Le livre analyse également l'impact des chansons des Beatles à la lumière des changements sociaux et culturels des années soixante et de leurs répercussions. Cet ouvrage est devenu le standard de l'analyse critique de l'oeuvre musicale des Beatles dans les pays anglo-saxons.

  • La noirceur envoûtante de King Crimson, le raffinement symphonique de Genesis, l'exaltation mystique de Yes, les rêveries sonores de Pink Floyd, la virtuosité extravagante d'Emerson Lake & Palmer...
    Et tant d'autres, plus obscurs mais non moins valeureux - Van der Graaf Generator, Jethro Tull, Magma, Gentle Giant, Soft Machine... Autant de groupes qui, à partir de la fin des années soixante, ont cherché - et souvent réussi - à inventer une musique au-delà des distinctions de genre et du formatage commercial. Le rock progressif représente un legs artistique d'une variété et d'une richesse exceptionnelles.
    S'il a connu l'apogée de sa créativité et de son succès dans les années soixante-dix, son impact s'est révélé aussi profond que durable, à travers ses nouvelles déclinaisons (le néo-prog de Marillion, le prog-métal de Dream Theater...) mais aussi son influence avérée sur certains des groupes actuels les plus aventureux et novateurs (Radiohead, The Mars Volta...). Cet ouvrage revient sur le contexte historique et artistique exceptionnel qui a favorisé l'émergence et l'épanouissement du rock progressif ; et décortique ses oeuvres phares, portant sur ce genre musical un regard à la fois érudit, passionné et sans complaisance.

  • Tout au long du xxe siècle, des hommes ont parcouru le monde afin de capter des curiosités sonores pour des raisons scientifiques, patrimoniales et esthétiques. Ce sont des audio-naturalistes, des collecteurs de musique traditionnelle, mais aussi des compositeurs avides de découvrir un nouveau matériau musical. Les microphones sont leurs outils, voire leurs instruments, l'écoute est leur méthode d'approche.
    Cent disques rendent ici compte de leur quête, toujours en cours, du « chant du monde ».
    Une riche introduction et trois interviews de figures majeures du field recording (Jean C.
    Roché, Bernard Lortat-Jacob et Peter Cusack) complètent cette anthologie. Illustrations noir et blanc.

  • Des futuristes des années 1910 aux réductionnistes à l'amorce des années 2000, l'histoire de la musique du vingtième siècle (et du vingt-et-unième naissant) aura été marquée par l'idée d'expérimentation. Celle-ci, et pas seulement dans l'avant-garde, paraît s'être exprimée dans tous les domaines apparus alors, qu'il s'agisse entre autres de la musique électroacoustique, du jazz (quand celui-ci s'est dit « free » par exemple) ou du rock (qu'il ait été « kraut » dans les années 1970 en Allemagne, « en opposition » au milieu des mêmes années en Europe, ou encore « bruitiste » au Japon dans les années 1990). Comme si la musique, quand elle souhaite échapper à l'intimidation dominante, devait perpétuellement s'inventer afin de continuer à être. Voilà l'histoire que raconte cette anthologie, au travers d'indomptables réfractaires à toute forme d'académisme.

  • Mai 68 fait vaciller les instances politiques françaises et remet en question l'ordre social hérité du passé. Paradoxalement, la chanson française, la « variété », maintient sa chape de plomb et les maisons de disques consolident la domination du rock anglo-saxon. Autant par nécessité que par choix, l'expérimentation musicale en France entre en résistance, prenant appui sur la contre-culture psychédélique. Elle est underground, exprimant son rejet des institutions politiques et du showbusiness français. Des groupes s'inspirent du rock psychédélique, de la tradition de la chanson ou encore du free jazz.Tous affichent des pratiques fortement revendicatives, libertaires, expérimentales. Ils répondent aux doux noms de Red Noise, Barricade, Art Zoyd, Gong, Maajun, Lard Free, Magma, Komintern, Crium Delirium, Camizole, Etron Fou Leloublan, Heldon... Ils mettent finalement en place leurs propres structures de production et réseaux de diffusion. Cette nouvelle édition revue et augmentée comporte une introduction expliquant ce projet visant à révéler toute la fertilité d'une musique qui se soustrait à l'étiquetage, et surtout pas à la défricher.

  • Au travers de la présentation de 150 oeuvres emblématiques et à l'aide de résumés traitant des principales pistes envisagées, des compositeurs remarquables et des courants majeurs, cet ouvrage o re une approche synthétique sur plus d'un siècle de recherches musicales tous azimuts.
    De Debussy à Boulez, de Stravinski à Stockhausen en passant par Varèse, Copland, Messiaen, Bernstein, Cage, Aperghis et tant d'autres, il propose une porte d'entrée à tous les amateurs de musique curieux.

  • En 1970 sort le premier album de Black Sabbath qui s'ouvre par un titre lourd et morbide préfigurant à lui seul des décennies de rock lugubre marqué par Lovecraft et Lucifer. Désormais prononcée, la rupture d'avec ce qui a précédé relativisera les promesses de paix et d'amour véhiculées par une époque rongée par le doute.
    Cette césure résonnera comme un coup de tonnerre dont l'écho, au fil des ans, sera amplifié par des formations comme Saint Vitus, Gore, Nirvana, Kyuss, Soundgarden, Corrosion Of Conformity, Grief, Nebula, Earth, High On Fire, ainsi que par ce que mettront en évidence Stephen O'Malley et Greg Anderson, au sein de la dizaine de collectifs dans lesquels ils s'illustrent, comme au travers de leur label Southern Lord, dont les réalisations et les rééditions dessinent les contours d'une internationale underground, versée dans une neurasthénie jouissive au potentiel d'addiction énorme : celle - notamment - du doom et du sludge dans tous leurs états, tels que déclinés partout sur la planète, entre autres par Nadja (Canada), Electric Wizard (Angleterre), Orthodox (Espagne), Our Love Will Destroy The World (Nouvelle-Zélande), Reverend Bizarre (Finlande), Ufomammut (Italie) ou Khanate (USA). En évoquant le Jugement dernier, " Black Sabbath ", le morceau, a de plus montré la voie par laquelle le black metal - de Venom à Xasthur - n'avait plus qu'à s'engouffrer.
    Cette histoire fait suite à Hard'n'Heavy, Sonic Attack, 66-78.

  • L'alliance du rock'n'roll et de lacountry donne naissance à la fin dessixties à un nouveau genre hybride :le country rock. Constamment remodelé,il rythme un paysage luxuriantet incite l'auditeur à voyager dans les grands espaces américains,en compagnie de grandes figures emblématiques telles que Gram Parsons, les Eagles ou encore NeilYoung.
    Arnaud Choutet n'hésite pasà varier sa sélection musicale dans ce livre, déterrant les pépites du genre et établissant les liens permettant derelier le country rock et certains de ses avatars comme le rock sudiste,la country rebelle du Texas, la WestCoast... Des Jayhawks,qui inaugurent la scène country rockalternative, à Buck Owens, l'anthologie propose une vraie balade à la rencontre du continent américain.

  • Brian Eno, Johnny Rotten, The Orb, U2, Red Hot Chili Peppers, Sonic Youth, Radiohead ou encore Primal Scream ont puisé leur inspiration dans la musique de ce groupe novateur qui a su créer son propre univers sonore. Chacun des membres du groupe amène une personnalité très riche mêlant rock psychédélique, soul, avant-garde et rythmes du monde. La composition instantanée permet à chacun des musiciens d'amener sa signature musicale à ce son si particulier qu'ils obtiennent par leur maîtrise des techniques de studio. Esthète d'art-rock, Éric Deshayes analyse la discographie de Can, son parcours sur les scènes d'Europe et son impact dans le monde de la musique. Il replace ainsi dans leur contexte d'enregistrement les albums cultes d'un des groupes essentiels de la scène krautrock .

  • Comment défi nir si un écrivain est snob ou non ? Quelle particularité d'ordre littéraire, historique ou social le rend unique aux yeux des snobs littéraires? Les idoles de l'ombre trouvent plus facilement grâce aux yeux des snobs intransigeants fort peu enclins à partager leurs élus.
    Philippe Garnier y côtoie donc Gabriel Joseph de La Vergue, comte de Guilleragues pendant que les Algonquins et H. L. Mencken trouvent leur place aux côtés de l'ermite François Augieras. Il ne s'agit pas ici de pontifi er sur d'illustres inconnus mais de construire une sélection littéraire intrigante et passionnante, parsemée d'anecdotes et d'observations hilarantes.

  • Depuis quarante ans, Magma traverse le paysage musical français hors des modes et des courants. Baptisé zeuhl, ce croisement de chant choral, avant-garde, rock et jazz, innove par le biais de paroles chantées dans une langue imaginaire aux consonances germaniques et slaves, le kobaïen.
    Philippe Gonin nous invite dans ce livre à décrypter ces mythes et analyser le fonctionnement des di¬ érentes formations du groupe Magma. C'est surtout à la musique qu'il s'intéresse, expliquant, album après album, titre après titre, comment une oeuvre se construit et évolue.

  • Chez Dylan, pas de logique temporelle. Ni dans chaque partie de l'oeuvre, ni dans son évolution générale. Mais si la qualité d'un artiste tient à sa capacité à créer des mondes différents de celui dans lequel on vit - et ce même si sa création n'existe et ne vaut que par rapport à ce monde-là - alors Dylan est le plus grand. Des phrases, des notes, des intonations dylaniennes peuvent déconstruire le temps tel qu'on le perçoit : avec elles, grâce à elles, la fuite en avant est entrecoupée de retours en arrière et d'incursions dans des univers parallèles. Elles ainsi les émotions les plus profondes et surtout, la plus grande source d'apaisement des peurs existentielles. Avec elles, on est armé pour défi er le temps. L'issue du combat ne laisse pas de place au doute, mais elle n'est plus ressentie comme une injustice. Dès lors qu'il est entendu qu'aucun argument n'est sérieux ou valide face à la vanité de l'existence, les règles du jeu sont posées, et ne sont plus contestables ni contestées. Et on peut enfi n jouer. Vivre.

  • Treize années d'une exceptionnelle créativité musicale : c'est l'histoire que déroule Hard'n'Heavy en un florilège d'albums dont la critique a pu autrefois, souvent à tort, dénoncer le côté primaire.
    Montrés du doigt dans certains cas, voire stigmatisés comme puérils, violents et grossiers, leurs auteurs ne rêvaient pourtant que d'un rock plus corsé, méchant même, quelles qu'aient pu d'ailleurs en être les tonalités parfois bluesy. Certains des plus influents, dont Black Sabbath et Blue Oyster Cult, auront même participé à ensevelir l'idéal hippie sous un déluge de décibels, substituant ainsi aux mirages de paix et d'amour une débauche d'énergie annonciatrice du hardcore puis du drone metal actuel, véritable matrice des Brain Donor,Witchcraft, Electric Wizard et autre Sunn Odes années deux mille.
    /> Une fois réévalués au regard du recul qu'autorise l'histoire, trésors oubliés, opus cultes et combos négligés révèlent la vivacité intacte de la source d'inspiration qu'ils représentent désormais.

  • En 1964, l'électrification du blues donne naissance au British blues boom des Beatles, Rolling Stones et autres Yardbirds. Bien connu, le phénomène anglais occulte une autre explosion rock tout aussi importante, celle de la Côte ouest des États-Unis entre 1964 et 1972. Le « boom » de la West Coast voit s'élever des figures majeures comme Janis Joplin, les Doors, le Grateful Dead, les Byrds, ou encore Frank Zappa, autant d'artistes qui ont marqué l'histoire du rock et ouvert la voie à quantité de groupes. La scène de la Côte ouest est un bouillon de créativité où les nombreuses différences s'effacent devant une même identité musicale, inscrite au coeur d'une époque en pleine ébullition.

  • Comment saisir l'émotion qui accompagne les chants de supporters dans les plus grands stades européens ou la force que l'on peut trouver dans les éloges fait au football par Christophe Miossec, Mickey 3D, Benjamin Biolay ou encore New Order ? Cet ouvrage vise à recenser les nombreux liens qui unissent le ballon rond et la chanson en ne se limitant pas aux frasques musicales plus ou moins célèbres de certains joueurs. Qui se souvient du regretté single Vivre dans ta lumière de Youri Djorkae¬ ? Le champ abordé par ce dictionnaire est vaste et s'adresse tant aux nostalgiques de la chanson Allez les verts qu'aux lecteurs qui s'intéressent à la portée culturelle du football.

  • D'artistes, leurs buts et leurs moyens, ce qu'elles nous disent de l'ouvre en gestation et de son créateur mais aussi des stratégies employées pour évoluer dans le champ de l'art, terrain d'une lutte d'autorité et de pouvoir où le mot et la lettre sont de toute importance.
    Des échanges initiatiques de Paul Cézanne aux courriels de Jean-Baptiste Farkas, des relations commerciales et amicales de Daniel-Henry Kahnweiler et André Masson aux périodiques d'artistes, en passant par les lettres ouvertes de Daniel Buren, sans oublier les missives ou cartes surréalistes, les lettres au vocabulaire musical de Nicolas de Staël ou encore les échanges entre acteurs de la musique contemporaine, bien des formes sont ici convoquées dans une volonté pluridisciplinaire, sur une temporalité de près d'un siècle, de la fin du XIXe siècle à nos jours.
    Ces treize contributions, rédigées par de jeunes chercheurs et spécialistes, dévoilent à un public large la toile de fond de la production artistique en mettant au jour la diversité des échanges intimes et/ou professionnels entretenus par les artistes avec leurs destinataires (amis, poètes, marchands d'art, critiques d'art, institutions, techniciens). Initiées lors d'un séminaire d'arts plastiques à l'Université Rennes 2, ces réflexions sur les correspondances d'artistes ont pris corps lors d'une journée d'étude réunissant de jeunes chercheurs dont voici les Actes, enrichis des textes de spécialistes des écrits d'artistes.

  • Dick annegarn est l'auteur de Bruxelles, Mireille, Sacré Géranium, Bébé éléphant, des comptines qui se finissent mal, chansons fleuves à double fond ou chansons à tiroir et à clés.
    Il est un citoyen du monde, dont la vie nomade le voit naître en Hollande avant de passer son adolescence à Bruxelles où il apprend la guitare en autodidacte puis débarquer à Paris en 1972. En 1978, âgé de 26 ans, il se lasse du show business, préférant sa liberté aux compromis d'un milieu dont il se sent étranger. Il tiendra une épicerie sur une péniche, collectera la parole des citoyens, continuera à produire des disques.
    Cela durera 20 ans, presque. Les plus jeunes redécouvrent ce chanteur à la voix épaisse et au jeu de guitare complexe. Ils s'initient à la prosodie et à la syntaxe de ce « beur hollandais » qui barbarise la langue, lui enlève son corset, la rend aimable et proche de nous, loin de l'académisme froid. Éternel étranger, irrégulier, Annegarn vit dans un village du sud-ouest de la France, quand il n'est pas sur les routes pour rencontrer son public.
    Il est l'auteur de plus de 180 textes de chansons qui font l'objet de cet ouvrage. Cette somme est introduite par des photographies, un retour sur la carrière du musicien et une analyse thématique des chansons par Olivier Bailly, en collaboration avec l'auteur.

empty