Louis Vuitton

  • Paris

    Collectif

  • Normandie

    Jean Moral

    Louis Vuitton Fashion Eye est une collection d'albums photographiques qui donne à voir une destination à travers l'oeil d'un photographe de mode. Elle instaure un dialogue inédit entre des talents émergents, des photographes chevronnés et des légendes de la photographie de mode ; Fashion Eye met en regard la création actuelle et des trésors d'archives méconnus pour constituer une collection d'ouvrages de référence, tant dans son approche que dans son esthétique.

  • Louis Vuitton Fashion Eye est une collection d'albums photographiques qui donne à voir une destination à travers l'oeil d'un photographe de mode. Elle instaure un dialogue inédit entre des talents émergents, des photographes chevronnés et des légendes de la photographie de mode ; Fashion Eye met en regard la création actuelle et des trésors d'archives méconnus pour constituer une collection d'ouvrages de référence, tant dans son approche que dans son esthétique.

  • Paris, Shanghai, New York, Tokyo, Rome... en trente villes et neuf atmosphères, les trois cents photographies du collectif Tendance Floue réunies dans cet ouvrage tracent les contours d'une ville contemporaine archétypale. Né de la collaboration initiée par Louis Vuitton pour la collection City Guide, cet ensemble dépasse son objet et dessine, au-delà de chaque écriture singulière, une ville globale, une villemonde dans laquelle le lecteur est convié à un voyage fulgurant, mystérieux et stimulant, à une déambulation sensible et poétique.

  • Londres

    Collectif

  • Greece

    François Halard

    Ni photographe d'intérieurs, ni photographe de décoration, François Halard se définit tel un chasseur d'âmes représentant des lieux habités et vivants. Il pose ici son regard sur la Grèce, la sienne : « Il n'y a pas l'Acropole, ni certains lieux emblématiques. Il ne s'agit pas d'une vision exhaustive, ni d'un catalogue raisonné.
    Comme tout voyage, c'est un voyage intime, voire imaginé. » Sculptures antiques, architectures et paysages se succèdent dans des lavis de bleu, à l'ombre des maisons de l'île de Symi, sur laquelle plane la figure tutélaire de Cy Twombly.

  • Longtemps Suzanne a eu le premier rôle.
    C'était elle l'inspiratrice et l'héroïne de ces fictions d'une seconde. C'était comme si, dans son corps, s'était inscrite une histoire je ne savais pas très bien laquelle, une histoire solitaire et hors du temps, la sienne, la mienne ou celle d'une autre, je ne sais pas, mais je reconnaissais dans cet instant où je déclenchais comme la dernière image d'un film au ralenti que j'aurais déjà vu.
    Sarah Moon, 1,2,3,4,5 Elle avance dans l'allée, repliée sur son secret, longue, mince. Elle passe, a passé entre les fauteuils vides d'un compartiment de l'Orient Express. On la voit de dos, en fuite.

  • Hong Kong

    Collectif

    Guide rédigé par des journalistes, des écrivains, des personnalités culturelles, et se présentant comme un indicateur de nouvelles tendances en matière de mode, de design, d'arts plastiques ou de gourmandises. Il propose des adresses sélectionnées (hôtels, restaurants, cafés, bars, objets de qualité, etc.), des flâneries urbaines, un agenda des manifestations, des informations pratiques, etc

  • Louis Vuitton publie au printemps 2020 trois nouveaux titres dans sa collection de carnets de voyage illustrés par des artistes du monde entier. Cette année, l'artiste canadien Marcel Dzama fait vibrer le Maroc de son trait ensorcelant, l'artiste français Marc Desgrandchamps révèle les lignes d'une Barcelone évanescente, et l'illustratrice de mode américaine Kelly Beeman insuffle sa délicatesse à une Saint-Pétersbourg pleine d'élan.

  • Anglais Sao Paulo

    Collectif

    Sao Paulo, a city in South America, is a culturally diverse megalopolis. From the Japanese markets in the neighbourhood of Liberdade, to the Italian neighbourhood of Bexiga and the numerous Lebanese sweet-stalls and kosher delis, Sao Paulo offers visitors a fascinating tour of the ethnic groups that make up modern Brazil.

  • New York

    Collectif

  • Japan

    Adolphe De Meyer

    Le Metropolitan Museum of Art de New York conserve un fonds unique de photographies de voyages du baron Adolphe de Meyer. Bien que ce dernier ait détruit une partie de son oeuvre, il demeure de son périple en Asie des instantanés rares d'un empire insulaire fascinant et encore mystérieux. En 1900, son goût pour l'esthétique nipponne le transporte dans le Japon de l'ère Meiji. Site après site, des temples bouddhiques de Kyoto, ancienne capitale impériale, aux statuaires monumentales notamment à Nara, des portiques (torii) des sanctuaires shintô de Nikkô au parc de Ueno à Tokyo, il saisit la beauté impérieuse d'une nature vénérée des Japonais ainsi que les trésors architecturaux et artistiques de l'Archipel. Une étonnante vision sensible loin des japonaiseries alors en vogue.

  • Ukraine

    Synchrodogs

    Le duo Synchrodogs, formé de Roman Noven et Tania Oldyork, arpente régulièrement à moto les Carpates ukrainiennes. La série « Slightly Altered », fruit de plusieurs voyages à travers ces montagnes, livre une réflexion originale sur le rapport intime de l'homme à la nature et de sa course vers une catastrophe annoncée.
    Entre paysages, danse et performance, ils dénoncent ainsi la déforestation, l'extinction d'espèces menacées.
    Une perception nouvelle où rêves et nature sont invoqués, une sorte de land art qui flirterait avec la photographie de nu, même si certains y verront, sans avoir peur des clichés, un pied de nez aux années soviétiques qui réservaient le corps dénudé aux tableaux de grands maîtres.

  • Durant ses voyages à Séoul - pas moins de quatre longs séjours entre 2014 et 2017 -, le duo Icinori a été témoin de l'énergie mordante d'un peuple ordinaire et volontaire, discipliné et travailleur, épicurien et créateur. Le tour de force de Raphaël Urwiller et Mayumi Otero est d'avoir pris le juste recul pour mieux capter le pouls de la capitale, en (re)plongeant dans ses us et coutumes, ses strates historiques et ses interstices du quotidien.
    « Séoul est une ville organique, à l'énergie créative frappante. En témoignent la force du design, la signalétique, les signes et typologies de formes d'une grande maturité. Le bon goût y est partout, parfois un peu foutraque, mais généralisé. Elle est un mélange de baroque et de moderne. Un miracle d'éphémère et d'élégance. »

  • La collection « Travel Book » éditée par Louis Vuitton invite au voyage, qu'il soit mobile ou immobile, nourri du plaisir de l'évasion intellectuelle ou émotionnelle. Au fil des pages, les oeuvres d'artistes de renom et de jeunes talents racontent les villes et les pays parcourus. Les « Travel Books » proposent une vision contemporaine du voyage. Une vision inédite qui fait se croiser les cultures.
    Au-delà de la vocation iconographique de ces carnets de route, la collection souligne la richesse des horizons esthétiques que recèle l'art actuel.

  • « Je l'imaginais sans la connaître, et je la désirais. Je l'ai explorée de façon intuitive. Mexico est une ville très riche, très organique. La lumière, les couleurs, l'architecture baroque sont extraordinaires.
    C'est une ville paradoxale où les contraires cohabitent.
    Ce sont autant d'éléments qui existent dans mon propre univers. » Certaines planches, foisonnantes de détails, appellent la couleur ; d'autres, plus ascétiques, sont exécutées au stylo bille ou à l'encre noire, rapides et incisives. Depuis Mexico, Nicolas de Crécy sillonne les environs. Quatre mille kilomètres ponctués de villages anciens, de temples aztèques et des vestiges de la conquête évangélisatrice du Nouveau Monde. Son album est à l'image du pays : baroque, fiévreux, puissant.

  • Nul autre que Thomas Ott ne pouvait s'élancer avec autant de ferveur sur la légendaire route 66. De Chicago à Santa Monica défilent pendant trois semaines près de 2 500 kilomètres. « La route 66 est celle d'un monde oublié. Plus personne ne l'emprunte.
    [...] Ce sont des villes fantômes, figées dans le passé. Je raconte cette Amérique perdue le long de la route. » À mesure que l'horizon s'étire, le voyageur s'enivre du mouvement, de l'espace et de la liberté. À partir des photographies qu'il sélectionne, Thomas Ott réalise des calques, donne la réplique sur la carte, puis creuse le carton noir pour faire apparaître les blancs. Chaque dessin est une fondrière métaphysique qui questionne le sens de la Route. L'issue du périple ne saurait être un happy end, mais plus certainement un dead end.

  • Louis Vuitton publie au printemps 2020 trois nouveaux titres dans sa collection de carnets de voyage illustrés par des artistes du monde entier. Cette année, l'artiste canadien Marcel Dzama fait vibrer le Maroc de son trait ensorcelant, l'artiste français Marc Desgrandchamps révèle les lignes d'une Barcelone évanescente, et l'illustratrice de mode américaine Kelly Beeman insuffle sa délicatesse à une Saint-Pétersbourg pleine d'élan.

  • Le Travel Book Venise par Jirô Taniguchi propose un voyage à l'intérieur de Venise, sur les pas d'un personnage qui erre parfois entre rêve et réalité. C'est un travail qui sort des sentiers battus en matière de carnet de voyage, un moyen pour ce grand artiste de présenter cette ville ancienne par un moyen nouveau à travers une histoire inédite.

  • Travel Book Vietnam par le dessinateur italien de bandes dessinées Lorenzo Mattotti.
    Peintures, dessins aux pastels, au crayon, représentant les lieux incontournables du Vietnam (Hanoï, baie d'Ha-Long, Hué, Mékong, Hi Chi Minh...), des atmosphères, des moments de vie des habitants.

  • Louis Vuitton publie au printemps 2020 trois nouveaux titres dans sa collection de carnets de voyage illustrés par des artistes du monde entier. Cette année, l'artiste canadien Marcel Dzama fait vibrer le Maroc de son trait ensorcelant, l'artiste français Marc Desgrandchamps révèle les lignes d'une Barcelone évanescente, et l'illustratrice de mode américaine Kelly Beeman insuffle sa délicatesse à une Saint-Pétersbourg pleine d'élan.

  • Berlin

    Collectif

  • Javier Mariscal aime la Californie. C'est son cinquième séjour à Los Angeles. Sans prétention aucune et curieux de tout, il s'y fait des amis dont il croque immédiatement le portrait. En quelques secondes, les personnages sont campés, leurs silhouettes et leurs attitudes indiscutables. Objets ou paysages subissent le même traitement, qu'ils soient esquissés sur carnet ou peints sur l'iPad. Los Angeles lui rappelle Valence. Sa lumière blanche perçant un ciel bleu immaculé est identique à celle de sa ville natale. Mais ce qui l'excite le plus ici, ce sont les néons, slogans, enseignes, billboards et autres logos, dont la ville est saturée. Mariscal en retient une richesse typographique inouïe. Son univers plastique s'anime ainsi sous ses yeux, dans les rues de Los Angeles.

empty