Syrtes

  • A cinquante ans, Gleb Ianovski, guitariste de renommée mondiale, apprend qu'il est atteint de la maladie de Parkinson. Lorsqu'il fait la rencontre de Nestor, un célèbre écrivain, celui-ci lui propose d'écrire sa biographie. Les deux hommes se retrouvent dès lors régulièrement pour des entretiens portant sur la trajectoire de Gleb. C'est ainsi que se nouent les fils d'une histoire dans laquelle alternent deux voix. Celle d'un enfant en Ukraine, qui aime la musique et rêve d'en vivre, et celle de l'adulte confronté à la maladie et à une tentative de donner un sens à son existence.

    Brisbane est un roman tout en finesse et sensibilité. Un roman symphonique dans lequel la mort est vaincue par la musique, par la force de la mémoire, de l'amour et de la parole. Un roman où, par le seul pouvoir évocateur de son nom, la ville de Brisbane devient un lieu mythique et réinventé, la cible de tous les rêves et la clé de toute l'histoire.

    Avec une écriture poétique, Evgueni Vodolazkine aborde des thématiques universelles qui font écho à tout un chacun et où l'émotion côtoie l'intensité et l'humanité la plus profonde.

  • Dans une Russie du Moyen Âge ravagée par la peste, Arseni est élevé à l'écart du monde par son grand-père Hristofor qui lui apprend les secrets des plantes. Ses dons de guérisseur lui valent partout où il séjourne une grande renommée et pourraient lui assurer honneurs et fortune. Or il décide de vivre seul et retiré du monde. Son destin sera bouleversé par la rencontre avec la jeune Oustina qu'il finira par perdre. Toute sa vie il se sentira coupable, et tentera de faire le bien au nom de Oustina; il traversera des expériences traumatisantes, deviendra finalement moine et se retirera dans une grotte.
    Evgueni Vodolazkine a inventé une écriture surprenante, qui renouvelle entièrement le genre de la « chronique », stylistiquement aussi dentelé que les feuilles d'un herbier.

  • Innokenti Platonov se réveille amnésique dans une chambre d'hôpital. Geiger, son médecin, lui apprend son nom et lui demande de coucher sur le papier tout ce dont il pourra se souvenir. Les premiers épisodes remémorés décrivent l'enfance de Platonov dans la Russie tsariste : il se souvient être né en 1900, près de Saint-Pétersbourg. Son père meurt en 1917. Parallèlement, Platonov devine, atterré, qu'il s'est réveillé en 1999...
    C'est ensuite le Pétersbourg des années 1920 qu'il se remémore, avec la famine et le désarroi d'après Révolution. En 1921, Platonov et sa mère emménagent dans le logement du professeur de théologie Voronine, Platonov tombe amoureux d'Anastasia, sa fille. Vivant dans le même appartement commu- nautaire qu'eux, Zaretski dénonce le père d'Anastasia, qui sera arrêté et exécuté par la Guépéou. Peu de temps après, à son tour, Zaretski meurt assassiné. Faute d'autre suspect, la police politique arrête Platonov et lui tire une confession au cours d'une séance de torture.
    Platonov se souvient enfin d'avoir été envoyé, dès le début des années 1930, dans un camp de travail sur les îles Solovki où est installée l'équipe d'un laboratoire de recherche qui travaille sur la cryogénisation des humains. Pour échapper aux horreurs du camp, Platonov accepte d'être cryogénisé, persuadé qu'il ne se réveillera plus. C'est ainsi que Geiger le retrouve et parvient à le ressusciter soixante ans plus tard.
    L'Aviateur est un roman porteur de réflexions philosophiques profondes, dans un style fluide, laconique et précis. La remémoration fragmentaire est un moteur puissant pour le lecteur. Voué tout entier au thème de la mémoire, le récit est empreint d'une nostalgie poignante. Le fantastique devient prétexte à une réflexion littéraire et philosophique : chaque époque détermine notre vision du monde.
    Enfin, le roman offre un regard décalé sur la société de spectacle, où même la tragédie d'un rescapé des camps soviétiques donne lieu à un show.

empty