• Je n'avais pas seize ans. Mes copines adoraient Gilbert Bécaud et moi Luis Mariano. Sur un mur de ma chambre, étaient punaisés, photos, coupures de presse, Haroun Tazieff ou Fidel Castro. Avec le premier, mes parents m'ont refusé l'autorisation d'une expédition à l'Etna. Avec le second, l'épopée des guérilleros de la Sierra Maestra a enthousiasmé ma vie, nourri mon romantisme adolescent puis mes engagements adultes.
    Je ne savais pas que j'étais déjà allée à Cuba. Je ne savais pas non plus que j'y reviendrais, souvent. J'ignorais aussi que j'enseignerais un jour pour faire aimer la part latino-américaine de ma culture, que les volcans continueraient à soulever en moi une émotion sans fin et que le journalisme serait, finalement, mon métier et La Havane mon premier poste, mon baptême du feu.

  • Zapatistes, les chemins de l'utopie - (chiapas, 2006-2021) Nouv.

  • Au début de la campagne électorale de 2006, le candidat de gauche à la présidence de la république mexicaine, Andrés Manuel Lopez Obrador, ne semble guère se préoccuper du mouvement zapatiste. De son côté, le mouvement zapatiste annonce le lancement de l'Autre campagne...

    Entre 2006 et 2018, les zapatistes et le sous-commandant Marcos ont pratiquement disparu du champ politique. Une génération nouvelle fait vivre les Caracoles et le sous-commandant Marcos lui-même a "disparu".

empty