• L'incandescente, la lumineuse étincelle de prométhée est consumée, voilà pourquoi on recourt désormais à la flamme du lycopode - un feu de théâtre, qui n'allumerait pas la moindre pipe.
    Regardez-les grouiller comme des rats sur la massue d'hercule : ils étudient la moelle de son crâne, tout en se demandant ce qu'il pouvait bien avoir dans les couilles.

  • Marie Stuart

    Friedrich Schiller

    Marie Stuart est une épopée haletante et passionnante que Schiller a écrite à partir du conflit qui opposa pendant 20 ans Elisabeth 1ère d'Angleterre à Marie Stuart. Plus qu'une reconstitution historique, le spectacle est une fable universelle qui met à nu les mécanismes du pouvoir et le conflit entre l'intime et le public.
    Deux reines héritières d'un même trône, l'une par le sang, l'autre par testament. L'une est une fervente catholique, l'autre instaure le protestantisme en Angleterre. L'une se revendique de droit divin, l'autre se place au service de son peuple et de son royaume. L'une suscite passions et fascinations, l'autre, redoutée et autoritaire, a renoncé à sa vie de femme pour gouverner aussi librement qu'un homme.
    Deux souveraines cousines, celle d'Ecosse - Marie Stuart - et celle d'Angleterre - Elisabeth 1ère, deux femmes au tournant de l'histoire, symbolisant chacune les extrêmes de l'Europe du 16ème siècle en pleine guerre de religion.
    A partir du conflit de ces deux femmes, Schiller écrit une épopée qui place l'humain au coeur des enjeux politiques. Il montre le conflit entre l'intime et le public, dénonce les manipulations, condamne le fanatisme religieux.
    Ce texte magnifique et violent est de toute évidence d'une actualité déroutante. C'est pourquoi la mise en scène est plus proche de la fable universelle que de la reconstitution historique. Elle privilégie l'action et le rythme et met en avant cette humanité des personnages qui distille de l'espoir tout au long de la pièce et qui ouvre tous les possibles.

  • Avec ses quelque dix pièces, qui figurent en bonne place dans le répertoire des scènes allemandes, Friedrich Schiller assume et fait fructifier un héritage multiple, légué par le modèle antique, la dramaturgie shakespearienne et les réflexions de Lessing sur l'esthétique et la pratique théâtrales.
    Moins connue que sa production dramatique, son oeuvre théorique, accessible ici dans son intégralité, n'en est pas moins essentielle pour comprendre les interrogations et les enjeux esthétiques qui la sous-tendent. Ces Ecrits sur le théâtre, à travers la grande variété de formes qui les caractérise (préfaces, avis au public, comptes rendus critiques, traités d'esthétique), dessinent le portrait d'un auteur qui, de la scène de Mannheim à celle de Weimar, a toujours fait preuve d'une connaissance intime de la pratique théâtrale dans toutes ses composantes, une connaissance dont s'est abondamment nourrie sa réflexion sur les modalités, les potentialités et les visées de l'art dramatique.
    Cette riche expérience théorique et pratique de la scène, l'homme des Lumières lucide, vigilant mais convaincu qu'est Schiller la met au service d'un art dont il fait le support, vivant et dynamique, d'une éducation esthétique de l'homme, elle-même garante d'un équilibre anthropologique et social. C'est au théâtre que Schiller confie le soin de réconcilier l'homme avec le monde et avec lui-même.

  • Grâce à son discours passionné et sa structure dramaturgique dense et raffinée, Intrigue et Amour continue d'émouvoir son public : cette nouvelle traduction montre que sa puissance dramatique et la portée politique de son propos s'adressent bien à notre monde contemporain.

  • Wallenstein

    Friedrich Schiller

    • L'arche
    • 20 Juin 2005

    Une fois pour toutes, il n'est pas fait pour se soumettre et s'en remettre à d'autres, cela n'est pas dans sa nature, il en est incapable.
    Une âme de seigneur est née en lui pour occuper une place de seigneur. soyons heureux que cela soit ainsi ! rares sont ceux qui savent se gouverner, de leur raison faire un usage raisonnable - heureuse est la communauté de pouvoir trouver l'homme qui deviendra un centre pour plusieurs milliers d'autres, un appui ; - se dressant tel un pilier solide auquel on s'accroche avec joie et avec assurance. wallenstein est cet homme et quand bien même un autre siérait mieux à la cour - c'est un être comme lui dont a besoin l'armée.

  • La nouvelle vient d arriver : les Anglais ont perdu deux mille hommes près d Orléans et les Français n en ont pas perdu un seul. Une jeune fille, dit-on, les a guidés vers la victoire. Elle se présente à la cour et livre son secret : une vierge est capable des choses les plus merveilleuses à condition de renoncer à l amour charnel. Pourtant, tombée amoureuse de Lionel, un commandant anglais, elle n est pas capable de le tuer. Son propre père l accuse de se servir de moyens sorciers et elle sera bannie. Elle se retrouve prisonnière de la reine Isabeau qui pactise avec les Anglais et, confrontée à Lionel, tient bon. Qui plus est, sa fermeté et sa persévérance lui permettent de sauver encore une fois les Français dans la bataille décisive. Schiller, le grand éclaireur, fait de Jeanne d Arc l incarnation d une idée, celle d un patriotisme des origines, fer de lance du progrès. Certes, il combat Voltaire et les railleries avec lesquelles celui-ci se moque de la Pucelle. Mais Schiller est d autant plus à l aise quand il s agit de défendre un engagement exemplaire contre un monde qui, ayant abandonné toute aspiration à l idéalisme, est devenu nihiliste et destructeur. Cette tragédie en vers inspira à Verdi l opéra Giovanna d Arco en 1845.

  • Dom carlos

    Friedrich Schiller

    • L'arche
    • 11 Septembre 1997
  • Guillaume tell

    Friedrich Schiller

    • L'arche
    • 15 Décembre 2002
  • Dans le temple de thalie et de melpomène, du moins tel qu'il est chez nous, la déesse du lieu trône, reçoit dans son vaste sein le scientifique abruti et l'homme d'affaires épuisé : elle endort l'esprit d'un sommeil magnétique tout en réchauffant leurs sens engourdis et en berçant leur imagination d'un doux balancement.

  • " Les êtres simplement organiques ont droit à notre respect en tant que créatures : l'homme ne peut y prétendre qu'en qualité de créateur, c'est-à-dire à la condition de déterminer lui-même ses propres modifications.
    Il ne doit pas seulement, comme les autres créatures sensibles, réfléchir les rayons d'une intelligence étrangère, fût-ce même l'intelligence divine : l'homme doit, comme un soleil, briller de sa propre lumière. "

  • [Oeuvres de Schiller. Volume 8 / traduction nouvelle, par Ad. Régnier] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k685386

  • Poésies de Schiller (Nouvelle édition) / traduction nouvelle, par M. X. Marmier,... http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k68437k

  • Oeuvres dramatiques de Schiller (Édition revue et corrigée, précédée d'une notice biographique et littéraire sur Schiller) / traduction de M. de Barante,... http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k68461f

  • Friedrich Schiller (1759-1805) was one of the most influential of all playwrights, the author of deeply moving dramas that explored human fears, desires and ideals. Written at the age of twenty-one, The Robbers was his first play. A passionate consideration of liberty, fraternity and deep betrayal, it quickly established his fame throughout Germany and wider Europe. Wallenstein, produced nineteen years later, is regarded as Schiller's masterpiece: a deeply moving exploration of a flawed general's struggle to bring the Thirty Years War to an end against the will of his Emperor. Depicting the deep corruption caused by constant fighting between Protestants and Catholics, it is at once a meditation on the unbounded possible strength of humanity, and a tragic recognition of what can happen when men allow themselves to be weak.

  • La Lyre du sieur Tristan http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5541074x

  • La pucelle d'Orléans, Jeanne d'Arc : tragédie / de Schiller ; trad. de l'allemand en vers français par M. V. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k677642

  • Guillaume Tell , poème dramatique de F. Schiller, traduit de l'allemand par M. Henri Merle-d'Aubigné Date de l'édition originale : 1818 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • Les brigands : drame en 5 actes / Schiller http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k683379

empty