• Dans le train qui le ramène chez lui pour le week-end, William savoure le bonheur de retrouver bientôt Isabel, sa ravissante jeune femme, et leurs deux enfants. Pourtant, depuis qu'Isabel s'est liée avec un nouveau groupe d'amis, elle a changé et William ne sait trop qu'en penser...
    Durant les longues journées d'été, Crescent Bay est le théâtre de la vie et des jeux de ceux qui y passent leurs vacances entre baignade, sieste et conversations.
    Par petites touches lumineuses et justes, Katherine Mansfield esquisse des portraits pleins de finesse et de sensibilité.

  • Mitka, jeune marin d'Europe de l'est, rencontre, à Londres, Valerie Brandon dont il tombe éperdument amoureux. Valerie est courtisée par le riche Evershed qu'elle n'est pas sûre d'aimer. L'innocent amour que Mitka lui voue la flatte et lui donne l'illusion qu'un autre choix est possible. L'insatisfaite Valerie est prête à se jouer de Mitka pour se distraire de sa vie ennuyeuse. Comme souvent chez Katherine Mansfield, les femmes sont farouchement libres et mènent la danse, sans scrupule ni souci de morale. Katherina Christidi a saisi l'ironie acide...
    Intrépide amour est écrit à la fin de l'année 1914, au moment où Katherine Mansfield vit une crise dans le couple qu'elle forme avec John Middleton Murry et où elle est attirée par l'écrivain français Francis Carco.

    Publié en anglais pour la première fois en 1972, Intrépide amour n'avait jamais été traduit en français.

    Traduit par Marie-Odile Probst.

  • Dernier recueil publié du vivant de son auteur, la gardera party commence à l'aube d'une journée radieuse pour s'achever à la nuit noire, dans une chambre où s'endormira bientôt une femme sans âge ni visage.
    Une nouvelle après l'autre, katherine mansfield peint la vie par petites touches, tendres, cocasses, poignantes, parfois cruelles. elle dit la solitude, la peur et la mort, partout présentes, même dans la baie des vacances et de l'enfance. elle chante aussi le bonheur d'exister, l'intensité et la multiplicité des plaisirs qui s'offrent dans l'instant, ces merveilles que sont le sourire édenté d'un bébé, le tourbillon des lumières d'une salle de bal, une odeur de lavande, un vieux saladier rempli de capucines jaunes et rouges sur une table éclaboussée de soleil...

  • Je me détourne des lisses sentiers balayés, et gravis une piste escarpée, où les racines des arbres nouées ont gravé un grossier dessin dans la glaise jaune. Et, soudain, elle disparaît - toute la jolie surface soigneusement entretenue du gravier et du gazon et des fleurs épanouies, et il y a le bush silencieux et splendide. Sur la mousse verte, sur la terre brune, une vaste éclaboussure de lumière de soleil jaune. Et, partout cette étrange, indéfinissable senteur. Lorsque je l'inspire, elle semble absorber, devenir partie de moi - et je suis vieille de l'âge des siècles, forte de la force de la sauvagerie.

  • La mouche

    Katherine Mansfield

    • Sillage
    • 15 Novembre 2012

    Quelle que soit la façon dont ils choisissent de s'aveugler, se réfugiant derrière leur richesse, leur travail, leur vanité ou leur candeur, les personnages de Katherine Mansfield (1888-1923) voient leur univers bouleversé par l'irruption de la réalité ou, tout simplement, par l'expression involontaire de leurs sentiments véritables.

    Satire de la bourgeoisie anglo-saxonne de ce début de siècle, les nouvelles de Mansfield sont surtout l'occasion pour son auteur de peindre situations et portraits avec une légèreté et un naturel que lui enviait son amie Virginia Woolf.

    Ce volume comprend : La Mouche, Félicité, Psychologie, La Journée de Mr. Reginald Peacock, Sun et Moon.

  • Félicité

    Katherine Mansfield

    Contes du quotidien, les quatorze histoires réunies dans cet écrin conjuguent reviviscences d'enfance en Nouvelle-Zélande, échappées oniriques, portraits saisissants, émotions brutes et découverte de la mort et de ses avatars. Dans « Prélude », « Félicité », ou encore « Je ne parle pas français », le ressenti prend le pas sur l'action et se mettent à nu d'inquiétants rapports de force au sein même des relations les plus familières. Ce recueil a assis la réputation de Katherine Mansfield comme la plus grande virtuose de la nouvelle moderniste.
    « Que pouvez-vous faire, si vous avez trente ans, et qu'en tournant l'angle de votre propre rue, vous vous sentez envahie, soudain, par une sensation de félicité, d'absolue félicité ? Comme si vous veniez tout à coup d'avaler un morceau brillant de ce tardif soleil d'après- midi, qui continuerait à brûler dans votre poitrine, envoyant de petites fusées d'étincelles dans chaque parcelle de votre être, dans chaque doigt et chaque orteil ?... » K. M.
    Musique : Sonate pour violoncelle seul, opus 28, d'Eugène Ysaÿe, exécuté par Ole-Eirik Ree, Naxos

  • Ce volume contient dix-huit des meilleures nouvelles de Katherine Mansfield dans des nouvelles traductions réalisées par une équipe de spécialistes de littérature anglaise. Traducteurs : Pascal Bataillard, Julie Vatain, Laurence Petit, Elisabeth Vialle, Jean-Marcel Morlat, Daniel Argelès, Luc Arnault et Vanessa Kientz.

  • Le jour de la garden-party annuelle des Sheridan est enfin arrivé. Aussi excitée que nerveuse, Laura papillonne entre le fleuriste, le traiteur et les musiciens. Mais la mort bouleverse soudain toute cette belle organisation...
    Quatre nouvelles tour à tour comiques, touchantes, cruelles et déchirantes, mais toujours envoûtantes.

  • Les enfants heureux n'ont pas d'histoire jusqu'au jour où ils deviennent des adultes malheureux et leur histoire est alors celle d'un âge d'or perdu. C'est l'expérience que fit Katherine Mansfield à la mort de son frère en 1915 sur le front. Le bonheur oublié de son enfance néo-zélandaise ressuscita en elle sous la forme d'un hymne à l'enfance dans Prélude et Sur la baie, deux journées dans la vie de la famille Burnell. Dans un délicieux livre d'heures familiales, Katherine Mansfield égrène les heurs et malheurs d'une famille, au cours d'une journée bruissante de vie, de cris et de chansons, en une suite de tableaux où elle nous fait sentir l'éternité dans l'instant le plus humble et pressentir la mort dans l'éclat même de la vie.

  • Contains fifteen stories, many of which are set in the author's native New Zealand, and others in England and the French Riviera.

  • Biographical noteBorn in New Zealand in 1888, Kathering Mansfield Beauchamp was primarily a writer of short stories. published Prelude and The Garden Party and Other Stories before her premature death from TB in 1923. One more book (Something Childish) and her journal and letters were published posthumously.Ali Smith was born in Inverness in 1962. Her first novel, Like, was published to critical acclaim in 1997. Among her other works, Other Stories and Other Stories (1999), Hotel World (2001), The Whole Story and Other Stories (2003) and The Accidental (2004), which won the 2005 Whitbread Novel Award. Ali Smith lives in Cambridge. Main descriptionKatherine Mansfield's clear, sparkling and perceptive short stories revolutionized the genre, and this collection represents the whole range of her writing. Moving, resonant, full of light and colour, they range from short sharp studies to longer, richer tales, encompassing her three major volumes Bliss, The Garden Party and In a German Pension, and fifteen tantalizing fragments of unfinished stories published after her tragic death, including 'Honesty', an intriguing tale of two bachelors, and 'The Doves' Nest', an exquisite story of a widowed mother and her daughter in the Riviera who receive a mysterious gentleman caller. Graceful, delicate and quietly devastating, they observe apparently trivial incidents to create sensitive, often painful revelations of her characters' inner lives.

  • The doll's house and other stories Nouv.

    Katherine Mansfield is one of the most famous short story writers in the English language. These four stories take place about a hundred years ago in England and New Zealand. They are sometimes funny, sometimes sad and often cruel.

  • When her wealthy family prepares to host a lavish summer party, the young, hitherto sheltered Laura Sheridan suddenly feels a kinship with the staff and the helpers hired to set up the venue for the festivities. As she learns of the death of one of their working-class neighbours, this burgeoning sense of class consciousness is heightened by a realization of her own mortality. Published in 1922, at the height of literary modernism, 'The Garden Party' is now considered one of the key texts of that movement. This volume, which also includes all of Katherine Mansfield's other published short stories, is an invaluable resource for anyone wishing to discover one of the early twentieth century's finest writers.

  • Dans le train qui le ramène chez lui pour le week-end, William savoure le bonheur de retrouver bientôt Isabel, sa ravissante jeune femme, et leurs deux enfants. Pourtant, depuis qu'Isabel s'est liée avec un nouveau groupe d'amis, elle a changé et William ne sait trop qu'en penser...
    Durant les longues journées d'été, Crescent Bay est le théâtre de la vie et des jeux de ceux qui y passent leurs vacances entre baignade, sieste et conversations.
    Par petites touches lumineuses et justes, Katherine Mansfield esquisse des portraits pleins de finesse et de sensibilité.

  • Juliet

    Katherine Mansfield

    • Paris
    • 27 Septembre 2007

    Née à Wellington (Nouvelle-Zélande), le 14 octobre 1888, morte à Fontainebleau le 9 janvier 1923, Katherine Mansfield (pseudo de Kathleen Beauchamp-Murry) a illuminé la littérature britannique du début du XXe siècle. Elle publia ses premières nouvelles en 1909, mais c'est avec Pension allemande en 1911 qu'elle connut le succès, manifestant une personnalité complexe et un style original qui trahit toutefois l'influence de Tchekov. Ses recueils suivants, Félicité (1920), La Garden-Party et La Maison de poupée (1922), Le Nid de colombes (1923), l'imposèrent comme un des grands écrivains de l'époque. Ses Lettres et son Journal, publiés après sa mort, révèlent un être où la femme vivant chaque instant avec intensité le dispute à l'écrivain passionnément attachée à la recherche esthétique.

    /> Le livre : Commencé à Londres en 1905, à l'âge de 17 ans, poursuivi en Nouvelle-Zélande et durant la traversée entre les deux pays, Juliet, premier texte de Katherine Mansfield et le seul roman qu'elle ait entrepris, fut finalement abandonné à la fin de 1906. Ce roman inachevé ou éléments pour un roman en cours, devait rester inconnu jusqu'en 1970, même si certaines parties avaient été publiées en 1933, dans une biographie de Katherine Mansfield due à R.E. Mantz. Juliet est une héroïne romantique qui emprunte beaucoup de ses traits à son auteur, notamment le cadre géographique et familial comme la passion qui la lie à David, jeune violoncelliste, ainsi que ses tribulations qui la mènent de la Nouvelle-Zélande à Londres. Même si certains passages restent inachevés et si certains débuts de chapitres sont rapidement abandonnés, Juliet constitue un roman dans la veine de Mansfield : sens de la description, art de l'évocation, attention scrupuleuse au monde et aux autres... K.M., qui s'est rendu célèbre par ses nouvelles, a écrit là un livre annonciateur de son oeuvre future. Nul doute que cet inédit intéressera l'important public attaché à l'oeuvre et à la personnalité de Katherine Mansfield.

  • Miss brill

    Katherine Mansfield

    'And again, as always, he had the feeling he was holding something that never was quite his - his. Something too delicate, too precious, that would fly away once he let go.' Three sharp and powerful short stories from Katherine Mansfield, one of the genre's all-time masters. Introducing Little Black Classics: 80 books for Penguin's 80th birthday. Little Black Classics celebrate the huge range and diversity of Penguin Classics, with books from around the world and across many centuries. They take us from a balloon ride over Victorian London to a garden of blossom in Japan, from Tierra del Fuego to 16th-century California and the Russian steppe. Here are stories lyrical and savage; poems epic and intimate; essays satirical and inspirational; and ideas that have shaped the lives of millions. Katherine Mansfield (1888-1923). Mansfield's works available in Penguin Classics are The Collected Stories of Katherine Mansfield and The Garden Party and Other Stories.

  • Lettres

    Katherine Mansfield

    • Stock
    • 2 Mai 1985

    Plus encore que dans son célèbre Journal, c'est dans cette Correspondance, de 1915 à 1922 (sa dernière lettre est datée du 31 décembre, elle est morte le 9 janvier 1923) que Katherine Mansfield se révèle "telle qu'en elle-même".
    Au fil des années et au hasard de ses correspondants - son mari, John Middleton Murry, Virginia Woolf, Dorothy Brett, Lady Ottoline Morrell et bien d'autres - elle nous fait suivre son douloureux combat contre la tuberculose, en même temps que sa lutte contre la page blanche. "Dieu soit béni de nous avoir accordé la grâce d'écrire !" répétait-elle souvent. Mais cette grâce, il fallait la mériter, au prix de journées d'angoisse devant la phrase pas encore parfaite.
    La perfection, c'est sans doute ce qui allait caractériser son oeuvre finalement si brève (quatre recueils de nouvelles, le Journal et les Lettres) et qui pèse si lourd, encore aujourd'hui.
    Sa vie et son oeuvre étaient étroitement liées. Elle écrivait avec sa vie, son sang, ses souffrances - et aussi avec cette gaieté qui s'emparait d'elle devant un ciel clair, un arbre en fleur, un enfant qui rit. Et puis cette correspondance, c'est aussi l'histoire de son amour pour J.M. Murry. Tous deux avaient fait de l'amour leur devise et leur religion.
    Katherine Beauchamp, qui devait prendre pour écrire le pseudonyme de Katherine Mansfield, est née en Nouvelle-Zélande en 1888. A partir de 1908, elle a vécu en Angleterre et y a publié toute son oeuvre. Elle était la femme du critique John Middleton Murry. Elle a souvent séjourné en France et c'est à Avon près de Fontainebleau qu'elle est morte de tuberculose en janvier 1923.
    Tout l'oeuvre de Katherine Mansfield a été publié aux Editions Stock.

  • «There was not an inch of room for Lottie and Kezia in the buggy. When Pat swung them on top of the luggage they wobbled; the grandmother's lap was full and Linda Burnell could not possibly have held a lump of a child on hers for any distance...» Bliss is a modernist short story by Katherine Mansfield first published in 1918. It was published in the English Review in August 1918 and later reprinted in Bliss and Other Stories.
    The story follows a dinner party given by Bertha Young and her husband, Harry. The writing shows Bertha depicted as a happy soul, though quite naive about the world she lives in and those closest to her. The story opened up a lot of questions, about deceit, about knowing oneself and also about the possibility of homosexuality at the start of the 20th century. The story gives us a bird's eye view of the dinner party, which is attended by a couple, Mr. and Mrs. Norman Knight, who are close friends to Bertha and Harry. Guest, Eddie Warren, is an effeminate character, who adds an interesting mix to the party.

  • PRELUDE & OTHER STORIES Nouv.

    Radical, witty and inventive, Katherine Mansfield is one of the twentieth century''s most accomplished short-story writers, whose writing contributed significantly to the modernist movement. Part of the Macmillan Collector''s Library; a series of stunning, clothbound, pocket-sized classics with gold foiled edges and ribbon markers. These beautiful books make perfect gifts or a treat for any book lover. Prelude & Other Stories is edited and introduced by Professor Meg Jensen. This selection of stories by Katherine Mansfield showcases her remarkable ability to delve into the human mind; in stories such as ''The Garden Party'' she reveals the tension between innocence and corruption, the dark side of love and romance are explored in ''Bliss'' and ''Love a la Mode'', and in the title story, ''Prelude'', inspired by her own childhood, her concern is for the isolated and the lonely. Collected together for the first time, this selection of short stories by Katherine Mansfield showcase her remarkable ability to delve deep into human psychology.

  • Anglais Bliss

    Katherine Mansfield

    'Although Bertha Young was thirty she still had moments like this when she wanted to run instead of walk, to take dancing steps on and off the pavement, to bowl a hoop, to throw something up in the air and catch it again, or to stand still and laugh at - nothing - at nothing, simply.' Katherine Mansfield's perceptive and resonant writing helped to define the modern short story, observing apparently trivial incidents to create quietly devastating revelations of inner lives. In these three tales, aglow with light and colour, Mansfield describes an exultant epiphany, fading memories and the unspoken, half-understood emotions that make up everyday existence.


    This book includes Bliss, The Daughters of the Late Colonel and The Doll's House.

empty