Points

  • Au sortir d'une enfance presque légendaire dans le château de ses ancêtres, le jeune Danois Malte Laurids Brigge se retrouve, solitaire, à Paris. Ses cahiers sont le livre de la souffrance, où affluent les souvenirs et les angoisses de Rilke.

  • L'écriture des Élégies de Duino, débutée entre Venise et Trieste en 1912, fut achevée dix ans plus tard en Suisse, en même temps que la rédaction des Sonnets à Orphée. Dans ces poèmes, la mort n'est plus seulement le « fruit qui mûrit à l'intérieur de la vie », mais « la face cachée de l'existence - l'autre côté de la nature... ».

    Chant nostalgique, célébration de l'enfance, méditation sur l'amour et la mort, ces deux recueils constituent le chef-d'oeuvre poétique de Rilke.

    Traduit de l'allemand par Lorand Gaspar et Armel Guerne.

  • Nourris d'éléments autobiographiques, les deux contes d'Histoires pragoises décrivent la Prague de l'adolescence de Rilke, celle où est né son désir d'écriture. Entre les souvenirs du pont Charles et du Café national, il évoque l'émergence du sentiment nationaliste anti-allemand. Dans Le Testament, il parle du conflit latent entre art et amour. Deux oeuvres symboliques, l'une de jeunesse, l'autre plus mature, rassemblées pour nous faire découvrir autrement l'un des plus grands écrivains de langue allemande.

  • « Devant le ciel de ma vie je me tiens Ignorant, m'étonnant. » Poèmes épars regroupe des poèmes de Rainer Maria Rilke, choisis et traduits par un autre grand poète et un immense traducteur, Philippe Jaccottet. Dans ses poèmes, Rilke évoque l'imperceptible et l'insaisissable, l'amour, la mort et les Dieux. Il nous apprend comment être résolument humain, à l'écoute de l'invisible, dans le souci de la vibration la plus secrète de notre nature. Né à Prague en 1875, Rainer Maria Rilke est l'un des plus grands poètes et écrivains de langue allemande du XXe siècle. Il est notamment l'auteur des Élégies de Duino et des Cahiers de Malte Laurids Brigge, disponibles en Points. Atteint d'une leucémie, il meurt en 1926.
    />

  • Dans les nouveaux poèmes publiés en 1907, rilke inscrit sa poésie dans les marges de la littérature classique et antique, revisitant à la fois l'histoire, la bible et de nombreuses références artistiques (de rembrandt à botticelli, de rodin à bernini).
    Pour philippe jaccottet, "les nouveaux poèmes constituent la part de l'oeuvre de rilke qui a été la première accessible et qui est restée longtemps la plus chère aux lecteurs." le recueil requiem est constitué de deux élégies funèbres, écrites en 1908 après la disparition de proches.

  • Au sortir d'une enfance presque légendaire dans le château de ses ancêtres, le jeune danois malte laurids brigge se retrouve, solitaire, à paris.
    Ses cahiers sont le livre de la souffrance, où affluent les souvenirs et les angoisses de rilke.

    Traduit de l'allemand par maurice betz.

  • et achevées dix ans plus tard en Suisse, en même temps que la rédaction des Sonnets à Orphée,
    constituent le chef-d'oeuvre poétique de Rilke. Dans ces poèmes, la mort n'est plus seulement le
    « fruit qui mûrit à l'intérieur de la vie », mais « la face cachée de l'existence - l'autre côté de la
    nature... ». Un chant nostalgique, une célébration de l'enfance, une méditation sur l'amour et la
    mort.
    Rainer Maria Rilke est né à Prague en 1875. Enfant, il est envoyé dans une école militaire
    (celle qui inspirera Les Désarrois de l'élève Törless à Musil). Sa vie sera jalonnée de rencontres
    essentielles - Lou Andréas Salomé, qui aura une influence décisive sur sa vocation poétique, Clara
    Westhoff avec qui il aura une fille et qui le présentera à Auguste Rodin, Baladine Klossowska, qui
    sera l'objet des fameuses Lettres à Merline - et de nombreux voyages : Russie, Allemagne, Italie,
    Scandinavie, Afrique du Nord, Espagne, Suisse... Atteint d'une leucémie aiguë, il meurt en 1926.
    Les Elégies sont proposées ici dans la traduction de Lorand Gaspar, lui-même poète, qui
    s'est attachée à faire entendre au plus juste la voix poétique de l'auteur. Les Sonnets sont
    proposés dans l'une des traductions historiques de Rilke en France, celle d'Armel Guerne.

  • Histoires du bon dieu

    Rainer Maria Rilke

    • Points
    • 21 Novembre 1996

    Rédigées au début du siècle, les histoires du bon dieu s'inspirent à la fois des contes universels et de la chanson populaire russe, " ces mélodies, écrit rilke, que personne, fût-il cosaque ou paysan, n'a jamais pu entendre sans pleurer ".
    Le poète interprète librement le récit biblique de la création du monde et le martyre du christ, retrace la rencontre du tsar ivan vassiliévitch avec un bâtisseur d'église qui pourrait être dieu, relate le retour de jegor, fils exilé, auprès de son père, le destin d'un vieux peintre d'icônes ou une " scène du ghetto de venise ".

  • Ce recueil, qui regroupe l'ensemble des récits du jeune rilke (à l'exception des histoires pragoises), débute sur une ordinaire, et non moins étrange, réunion de famille : l'enterrement terminé, les parents de feu antoine de wick, conseiller d'empire, se rassemblent dans le salon, et une question accapare leur esprit : dans quel fauteuil le " pauvre antoine " est-il mort ? un bonheur blanc oú l'on suit un employé d'assurances confronté aux aléas du voyage.
    Ewald tragy, qui préfigure les cahiers de malte laurids brigge révèlent une ironie mêlée de tristesse et de lyrisme.
    Ces récits, bien plus qu'une dépendance de l'oeuvre, en constituent l'un des moments essentiels.

  • Rilke (1875-1926) est le poète des poètes.
    Touts ses textes sont portés par le même souffle - aussi bien ses grands poèmes des élégies et des sonnets à orphée que la moindre de ses lettres. rilke a vécu en poète dans le risque le plus haut, dans la gravité la plus ample, dans l'innocence la plus entière. le lire, c'est entrer dans le secret même de la poésie qui, une fois aperçu, ne vous laisse plus indemne. dans ce péril ouvert, rilke montre un chemin.
    Un chemin à l'écart des religions et des autoroutes rassurantes de la pensée intellectuelle et mortifère. un chemin qui n'est fait d'aucune rêverie - sans consolation. il nous montre comment être résolument humain, à l'écoute de l'invisible, dans le souci de la vibration la plus secrète de notre nature. surtout, rilke soutient l'immensité de l'amour, ne la restreint à aucune mesure et nous apprend à nous lancer, par elle, toujours plus loin.
    L'amour, et la sexualité dont il su méditer la liberté trop souvent bafouée, est l'espace d'une transformation, d'une métamorphose, d'une tension vers l'impossible préservé. un véritable chemin spirituel.

  • Journaux de jeunesse

    Rainer Maria Rilke

    • Points
    • 3 Octobre 1991

    " voir la porcelaine devenir marbre.
    " cette transformation que musil en 1927, un an après la mort de rilke, admirait tant chez ce poète est une chose toujours mystérieuse, et qui mérite l'examen. la lecture des journaux de jeunesse contribuera à l'éclairer utilement. ecrits en 1898 et 1900, ceux-ci comportent trois parties : le journal florentin et les journaux dits de schmargendorf et de worpswede. le premier rédigé à l'intention de lou andreas salomé révèle un jeune homme de vingt trois ans encore presque uniquement préoccupé d'art, mais déjà merveilleusement attentif et doué pour l'expression.
    Les deux suivants, plus riches, se font l'écho des voyages en russie et de la découverte de la colonie d'artistes de worpswede.
    Ces pages aideront à mieux apprécier l'heureuse métamorphose d'un virtuose parfois plaintif en un authentique grand poète. ".

  • Rilke ou l'art d'être résolument humain : des paroles sur l'amour, la solitude, la vie et une méditation vibrante sur l'existence.

empty