L'appel de la forêt

L'appel de la forêt

Résumé

Comment survivre dans le froid hostile du Grand Nord quand on n'a jamais vu la neige ? Voilà le défi lancé à Buck, vendu comme chien de traîneau. Tandis que l'animal découvre la souffrance et la force, la violence et la joie, la haine et l'amour, un appel retentit, venu du fond des âges... Le goût pour l'aventure ne suffit pas à expliquer l'immense succès de ce roman. C'est l'appel des terres primitives et sauvages résonnant au fil des pages qui assura la renommée de Jack London. Cet appel vibre encore en nous aujourd'hui...Le texte intégral annotéDes questionnaires au fil du texteDes documents iconographiques exploitésUne présentation de Jack London et de l'Amérique de son époqueUn groupement de textes : « Regard sur l'animal : regard sur l'autre »

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN

    9782012815377

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    256 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    13 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    180 g

  • Distributeur

    Hachette

Rayons : Parascolaire > Classiques / Textes et commentaires > Français / Littérature

Jack London

Né le 12 janvier 1876 à San Francisco, Jack London connaît une enfance misérable et entame à quinze ans une vie d'errance. Il exerce de nombreux métiers pour survivre : marin (jusqu'au Japon et à la Sibérie), blanchisseur, ouvrier dans une conserverie de saumon, pilleur d'huîtres, chasseur de phoques, employé dans une fabrique de jute... Après avoir participé à une marche de chômeurs vers Washington, il adhère au socialisme. Devenu vagabond, il est arrêté fin 1894 et passe un mois dans un pénitencier. En 1897, il participe à la ruée vers l'or du Klondike. Atteint du scorbut, il est rapatrié. C'est le début de sa prolifique carrière d'écrivain. À sa mort en 1916, des suites d'un empoisonnement du sang, il laisse quelque cinquante livres, parmi lesquels L'Appel de la forêt (1903), Croc-Blanc (1906) et Martin Eden (1909).

empty