Livre de préfaces ; essai d'autobiographie

Livre de préfaces ; essai d'autobiographie

Résumé

Ce livre de préfaces, dont les textes s'échelonnent de 1923 à 1974 - sauf pour quelques pages ultérieures qui enrichissent la présente édition -, se situe parallèlement aux enquêtes dans l'oeuvre de l'écrivain argentin. Car, ici, la préface n'est pas une manière de toast mais une forme latérale de la critique. On y trouve des études consacrées à swedenborg ou à shakespeare, à whitman, cervantès ou gibbon, à james ou à carlyle ; et spinoza peut tout naturellement éclairer les vers d'un poète populaire argentin ou kafka modifier l'univers de melville ou les paradoxes de zénon. L'essai d'autobiographie qui complète ce volume fut écrit en anglais en 1970. Dans un style oral, borges, peu enclin aux confidences, parle de ses ancêtres, de ses lectures innombrables, de ses voyages, de la bibliothèque de son père, qui fut son école et dont il lui arrivait de penser qu'il n'était jamais sorti...

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782070298389
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 289 Pages
  • Longueur 21 cm
  • Largeur 14 cm
  • Épaisseur 2 cm
  • Poids 320 g
  • Distributeur Sodis

Série : Non précisée

Rayon(s) : Littérature générale > Romans & Nouvelles

Jorge Luis Borges

1899-1986 - C'est dans le centre de Buenos Aires que Jorge L. Borgès voit le jour. Il passe son enfance à Palermo: "Il est vrai que j'ai grandi dans un jardin, derrière une grille à pointes, et dans une bibliothèque aux illimités livres anglais". Son père, professeur à l'Institut des Langues Vivantes, lui donne le goût de la littérature.En 1914, la famille s'embarque pour l'Europe et se réfugie à Genève pendant la première guerre. Là, le futur écrivain, encore adolescent, apprend le français.Les premiers poèmes et contes sont publiés dans des revues, en Argentine. En 1944, paraît le recueil "Fictions" et son auteur obtient le Prix d'Honneur de la Sade. Dès lors reconnu, il ne cessera plus de créer. Mais à partir de 1956, les ophtalmologues lui interdisent d'écrire et de lire: il dictera désormais ses textes à des collaborateurs copistes.Le plus fidèle d'entre eux est certainement Adolfo Bioy Casares ("L'invention de Morel", 1940). Le travail va réunir ces deux hommes différents et ils publieront souvent sous un pseudonyme commun comme pour mieux marquer l'osmose qui s'est accomplie entre eux.

empty