Ce que j'ai voulu taire

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

Construit autour de deux dates le 12 mars 1938, lorsque l'Allemagne nazie annexe l'Autriche, et le 31 août 1948, lorsque l'écrivain et sa famille quittent la Hongrie, désormais pays satellite de l'URSS , ce récit mêle confession intime et analyse historique. Sándor Márai ausculte une société tiraillée entre désir d'indépendance et rêve de grandeur nationale qui va finir par servir l'Allemagne nazie. Longtemps présumé perdu avant d'être retrouvé et de paraître en 2013 à Budapest, Ce que j'ai voulu taire constitue le dernier volet inédit des Confessions d'un bourgeois et est un véritable réquisitoire contre le fascisme et la barbarie.   Écrivain culte de l'entre-deux-guerres, Sándor Márai livre un passionnant examen de conscience autour de l'extension du nazisme en Europe de l'Est. Emily Barnett, Les Inrockuptibles. Miraculé, ce testament politique n'en est que plus poignant. Emmanuel Hecht, L'Express.

  • EAN 9782253069348
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 224 Pages
  • Longueur 18 cm
  • Largeur 11 cm
  • Épaisseur 1 cm
  • Poids 136 g
  • Distributeur Hachette

Rayon(s) : Littérature générale > Romans & Nouvelles

Sándor Márai

Né en 1900 à Kassa, en Hongrie, Sándor Márai fait ses études à Leipzig, puis vit à Francfort, Berlin et Paris, avant de rentrer dans son pays où il devient, dans les années 30, un auteur adulé. Tombé dans l'oubli après 1948, date de son exil en Europe puis en Californie, il se suicide, à San Diego, en 1989.ÿSon oeuvre a été redécouverte dans les années 90. Le roman La Soeur, qui succède aux Braises, est le dernier que Márai publia en Hongrie, en 1946.

empty