Je n'existais plus ; les mondes de l'emprise et de la déprise
Je n'existais plus ; les mondes de l'emprise et de la déprise

Je n'existais plus ; les mondes de l'emprise et de la déprise

À propos

« Je n'existais plus. » Cette phrase, Pascale Jamoulle l'a entendue à de multiples reprises lors de l'enquête de terrain qu'elle a menée, pendant sept ans, pour mieux cerner et comprendre ce fait social contemporain qu'est l'emprise. Prononcés par des personnes qui se sont longtemps tues, ces mots en résument les effets d'anéantissement et de dépersonnalisation. Auparavant libres de penser et d'exister par elles-mêmes, elles sont devenues dépendantes d'un prédateur ou d'un système prédateur, charismatique. En les piégeant, celui-ci s'est approprié graduellement différentes dimensions (physiques, mentales, socioéconomiques, symboliques...) de leur existence.
Cet ouvrage explore et cherche à élucider les systèmes d'emprise, les passages d'une emprise à une autre, ainsi que les dynamiques d'émancipation qui permettent de s'en libérer. Il croise les lieux d'investigation (le couple, la famille, le soin, le travail, l'économie souterraine) et les récits de personnes touchées. Il pose en particulier cette question anthropologique : les systèmes d'emprise ont-ils la même structure, d'un terrain à l'autre ? Les processus lents et progressifs de la déprise sont-ils similaires ?

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Thèmes et questions de société

  • EAN

    9782348065101

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    306 Pages

  • Longueur

    20.5 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2.7 cm

  • Poids

    386 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Pascale Jamoulle

Pascale Jamoulle est docteur en anthropologie, licenciée en lettres et assistante sociale. Chargée de cours à l'université de Mons et à l'UCL (Université de Louvain-la-Neuve), elle est membre du Centre de recherche en inclusion sociale (Ceris/UMons) et du Laboratoire d'anthropologie prospective (Laap/UCL) et travaille au service de santé mentale Le Méridien, à Bruxelles. Elle est l'auteure d'Adolescences en exil (avec Jacinthe Mazzocchetti, Academia-L'Harmattan, 2011), Fragments d'intime (La Découverte, 2009), Des hommes sur le fil (La Découverte/Poche, 2008), La Débrouille des familles (De Boeck, 2002) et Drogues de rue (De Boeck, 2000).

empty