Progressez en anglais grâce à... ; le feu

Progressez en anglais grâce à... ; le feu

À propos

En ces mois de commémoration de la fin de la Première Guerre mondiale, (re)découvrez en version bilingue français-anglais l'oeuvre majeure d'Henri Barbusse, universellement reconnue comme l'un des témoignages les plus poignants sur cette tragédie européenne. Prix Goncourt 1916, LE FEU décrit avec un réalisme cru et un antimilitarisme militant la vie et la mort dans l'horreur des tranchées.
Avant 1914, Henri Barbusse (1873-1935) avait déjà acquis une certaine notoriété, notamment grâce à un recueil poétique (« Pleureuses », 1895) et à deux romans, « Les Suppliants » (1903) et « L'Enfer » (1908). En décembre 1914 (à l'âge de 41 ans), Barbusse s'engage, en dépit de graves problèmes pulmonaires, dans l'infanterie et participe jusqu'en 1916 aux combats avant d'être évacué pour blessure, puis réformé. Au cours de ses deux ans de présence sur le front (de décembre 1914 à novembre 1915), il note jour après jour ses propres faits et gestes et ceux de ses camarades. Une matière première qui alimentera le récit aussi horrifiant qu'émouvant qui assurera à son auteur une renommée mondiale.
Dès sa parution, « Le Feu » fut traduit en anglais (sous le titre « Under Fire ») par le journaliste anglais William Fitzwater WRAY (1867-1938)

Rayons : Parascolaire > Langues > Méthodes d'apprentissage (langues étrangères) > Anglais

  • EAN

    9782368300848

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    128 Pages

  • Longueur

    15 cm

  • Largeur

    10.5 cm

  • Poids

    100 g

  • Distributeur

    Dod & Cie

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Henri Barbusse

Henri Barbusse aurait pu ne pas faire cette guerre : en eff et, en 1914, il avait 41 ans, des problèmes de santé et... de fortes convictions antimilitaristes.
Pourtant, il s'engage, volontairement, pour, écrit-il au directeur de L'Humanité,
servir ses idées en prenant les armes et anéantir les « ennemis infâmes de toujours : le militarisme et l'impérialisme, le Sabre et la Botte ». À son retour, il adhérera au Parti communiste et, en 1933, présidera le mouvement
pacifi ste et anti-fasciste Amsterdam Pleyel.

empty