Les morts perdent toujours leurs chaussures Les morts perdent toujours leurs chaussures
Les morts perdent toujours leurs chaussures Les morts perdent toujours leurs chaussures

Les morts perdent toujours leurs chaussures

Traduction JEAN-FRANCOIS GERAULT  - Langue d'origine : ESPAGNOL (ARGENTINE)

À propos

Juan travaille pour le Comahue, un journal de Patagonie argentine. L'un de ses collègues, Sebastián Murillo, décide d'enquêter après avoir assisté à une course-poursuite meurtrière entre la police et des truands. Mais il se tue au volant de sa voiture. Juan et le plus proche ami de Sebastián, Alejandro, sont persuadés qu'il ne s'agit pas d'un accident. Déterminés à prouver que Murillo a été assassiné, ils se lancent dans des investigations qui semblent mettre en cause le gouverneur de la province et son chef de cabinet... On avait déjà pu constater l'attachement d'Argemí au roman noir politique dans le gros, le français et la souris, qui lui avait valu d'être comparé à Manchette. Avec ses rebondissements, sa folie baroque, son humour grinçant et sa chute inattendue, ce roman confirme de manière éclatante l'arrivée d'un grand auteur Latino-Américain.

Rayons : Policier & Thriller > Policier

  • EAN

    9782743616618

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    330 Pages

  • Longueur

    17 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    200 g

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Support principal

    Grand format

Raúl Argemi

Raúl Argemí est né en Argentine en 1946. Homme de théâtre, il est entré en 1969 dans la lutte armée clandestine contre la dictature de son pays. Arrêté en 1974, il a passé dix années derrière les barreaux. À sa libération, il a collaboré avec plusieurs journaux argentins. Cependant, auteur de romans satiriques, il a été contraint de s'exiler en Espagne où il connaît désormais un grand succès et où ses romans ont reçu de nombreux prix, notamment le prix Dashiell Hammett du roman noir. Léon Preux Chevalier est son premier roman pour la jeunesse.

empty