La route ; les vagabonds du rail

La route ; les vagabonds du rail (préface Jean-François Duval)

Traduction LOUIS POSTIF  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

Résumé

La route en question, c'est le libre et dur chemin du hobo, ce vagabond sans feu ni lieu qui voyage sur l'essieu des wagons, dort au creux des fossés, mange ce qu'il chaparde, ou ce que lui offrent les bonnes âmes - il y en a (pas beaucoup) -, et ne connaît bien souvent d'autre toit que celui de la prison. Pendant l'année 1893-94, london (il a alors 18 ans) parcourt de la sorte quelque 20 000 km à travers les états-unis, à la barbe de la police. malgré la faim, les dangers, les humiliations. il en tire un récit à la chaplin : soulevé de bout en bout par un formidable appétit de vivre, un humour et un culot également désarmants. l'un des plus beaux hymnes jamais dédiés à la jeunesse et à la liberté.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN

    9782859407018

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    192 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    163 g

  • Distributeur

    Sodis

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

Jack London

Né le 12 janvier 1876 à San Francisco, Jack London connaît une enfance misérable et entame à quinze ans une vie d'errance. Il exerce de nombreux métiers pour survivre : marin (jusqu'au Japon et à la Sibérie), blanchisseur, ouvrier dans une conserverie de saumon, pilleur d'huîtres, chasseur de phoques, employé dans une fabrique de jute... Après avoir participé à une marche de chômeurs vers Washington, il adhère au socialisme. Devenu vagabond, il est arrêté fin 1894 et passe un mois dans un pénitencier. En 1897, il participe à la ruée vers l'or du Klondike. Atteint du scorbut, il est rapatrié. C'est le début de sa prolifique carrière d'écrivain. À sa mort en 1916, des suites d'un empoisonnement du sang, il laisse quelque cinquante livres, parmi lesquels L'Appel de la forêt (1903), Croc-Blanc (1906) et Martin Eden (1909).

empty